5 septembre, cinéma : « Révolution, guerre et exil des républicains espagnols »

Article du | 24 aout 1944 |

Vendredi 5 septembre à 20 heures, Au cinéma la Clef, 34 Rue Daubenton, Paris 5e, métro Censier-Daubenton


BAJO EL SIGNO LIBERTARIO Un film de Les. 1936. 16’ Film de la SIE sur les collectivisations de Piña de Ebra et l’utopie des campesinos libertaires
CONTES DE L’EXIL ORDINAIRE Un film de René Grando. 1989. 52’. Avec la présence de René Grando Le point de départ de ce document est un épisode mal connu de l’Histoire de France : l’internement dans les camps du sud de la France des réfugiés républicains espagnols. Il met en relief leur participation à la Résistance française et à tous les combats pour la libération du territoire. Les contes de l’exil ordinaire donnent la parole à ceux qui ont vécu la guerre, l’exil, les camps. Des témoignages qui retracent 50 années d’une communauté soudée par un commun déchirement. Quelques archives et des tournages dans le Sud-Ouest rappellent que ce littoral fut autrefois celui des camps du mépris.
LA NUEVE OU LES OUBLIÉS DE LA VICTOIRE Un film d’Alberto Marquardt. 2009. 53’ Il y a ces images : des blindés arrivent sur Paris, ils passent la pancarte La croix de Berny, puis entrent dans la capitale par la Porte d’Italie, hésitants cette fois. Un peu plus tard, deux jours après, les mêmes sur les Champs-Elysées. D’autres images, les actualités. Elles racontent la 2DB, les FTP, Paris libéré, l’honneur sauvé de la France par ces combattants sortis de l’ombre. De Gaulle peut descendre les Champs-Elysée puis se rendre à Notre-Dame. Un détail pourtant sur ces blindés, des noms, comme il est de coutume, mais ce sont les noms des grandes batailles de la guerre civile d’Espagne : Ebro, Teruel, Guadalajara, Guernica. C’est à partir de ces « détails » que commence l’enquête d’Alberto. Pourquoi des noms espagnols ?

La projection sera suivie d’un débat.

Vendredi 5 septembre à 20 heures, Au cinéma la Clef, 34 Rue Daubenton, Paris 5e, métro Censier-Daubenton


BAJO EL SIGNO LIBERTARIO

Un film de Les. 1936. 16’

Film de la SIE sur les collectivisations de Piña de Ebra et l’utopie des campesinos libertaires


CONTES DE L’EXIL ORDINAIRE

Un film de René Grando. 1989. 52’. Avec la présence de René Grando

Le point de départ de ce document est un épisode mal connu de l’Histoire de France : l’internement dans les camps du sud de la France des réfugiés républicains espagnols. Il met en relief leur participation à la Résistance française et à tous les combats pour la libération du territoire. Les contes de l’exil ordinaire donnent la parole à ceux qui ont vécu la guerre, l’exil, les camps. Des témoignages qui retracent 50 années d’une communauté soudée par un commun déchirement. Quelques archives et des tournages dans le Sud-Ouest rappellent que ce littoral fut autrefois celui des camps du mépris.


LA NUEVE OU LES OUBLIÉS DE LA VICTOIRE

Un film d’Alberto Marquardt. 2009. 53’

Il y a ces images : des blindés arrivent sur Paris, ils passent la pancarte La croix de Berny, puis entrent dans la capitale par la Porte d’Italie, hésitants cette fois. Un peu plus tard, deux jours après, les mêmes sur les Champs-Elysées. D’autres images, les actualités. Elles racontent la 2DB, les FTP, Paris libéré, l’honneur sauvé de la France par ces combattants sortis de l’ombre. De Gaulle peut descendre les Champs-Elysée puis se rendre à Notre-Dame.
Un détail pourtant sur ces blindés, des noms, comme il est de coutume, mais ce sont les noms des grandes batailles de la guerre civile d’Espagne : Ebro, Teruel, Guadalajara, Guernica. C’est à partir de ces « détails » que commence l’enquête d’Alberto.

Pourquoi des noms espagnols ?


La projection sera suivie d’un débat.

Partager cet article :
Haut de page
©Association 24 août 1944 - 2022