Mois : mai 2020

Catalogue: L’UTOPIE EN EXIL

Cette fabuleuse exposition réalisée en novembre 2019 à l’institut Cervantes de Paris, nous laisse de belles traces.
Vous avez désormais accès au catalogue de l’exposition contenant:

  • Un rappel historique de la période espagnole de la révolution aux descendants artistes de ces Républicains très particuliers;
  • Une fiche sur chaque artiste
  • accompagnée d’une ou deux de ses oeuvres,

N’hésitez pas à le feuilleter et à l’utiliser pour vos rencontres, débats, échanges, cours………

Documents joints

Entretien avec Ken Loach sur Tierra y Libertad

Ken Loach revient sur son film Tierra y libertad (Land and Freedom)de 1996, pour répondre aux questions de la CNT espagnole d’aujourd’hui. Il nous dit l’actualité en 2020 du combat des anarchistes, syndicalistes de la CNT et des marxistes révolutionnaires du POUM pour une société de partage, mais surtout pour une organisation sociale qui sauverait la planète…

La marche de la 2e DB vers Paris et au-delà

Les combats sur la N20

23 aout
23 aout

Partie à l’aube du mercredi 23 août, la 2e DB roule à toute vitesse et arrive jeudi 24 dans la banlieue sud sur trois axes. La colonne Morel-Deville doit faire diversion à l’ouest par Trappes, Saint-Cyr et Versailles pour faire croire que l’attaque principale vient de ce côté. La colonne Langlade-Massu passe au centre par Chevreuse et Jouy-en-Josas. A l’est, la colonne Billotte suit la Nationale 20 et se heurte à une forte résistance allemande à Longjumeau, Antony et Fresnes. Les pertes sont importantes: plus de 300 tués, 40 chars détruits. Le soir, les soldats de Leclerc sont aux portes de Paris.

La colonne Dronne

Au soir du jeudi 24, sur ordre de Leclerc, une petite colonne blindée (18 blindés et 170 hommes) commandée par le capitaine Dronne entre dans Paris par la Porte d’Italie. Elle passe la Seine au Pont d’Austerlitz et arrive devant l’Hôtel de Ville où elle est accueillie par l’état-major de la Résistance à l’Hôtel de ville puis  par le Général Chaban-Delmas à la préfecture. Tout le long du chemin, la foule se précipite sur les soldats français, la fin du cauchemar est proche. Les cloches de Paris se remettent à sonner.

Soldats français et américains dans Paris

Le vendredi 25 au matin, les colonnes Langlade, Dio et Billotte rentrent à leur tour dans Paris où la joie est indescriptible mais où les combats continuent. De sévères accrochages on lieu autour du Luxembourg, des Tuileries et d’autres points d’appui. Leclerc va installer son QG à la gare Montparnasse. Pendant ce temps, les Américains de la 4e DI entrent par la porte d’Italie, passent par la Bastille et filent vers l’est et le bois de Vincennes pour couper la retraite allemande.

La reddition

Dès 10 heures du matin, Billotte avait envoyé un ultimatum à Von Choltitz: « Afin d’éviter toute effusion de sang inutile, il vous appartient de mettre fin immédiatement à toute résistance« . A 15h30, le général allemand signe la capitulation de ses troupes devant Leclerc et Rol-Tanguy. Une demi-heure plus tard, il signe à la gare Montparnasse les ordres de cessez-le-feu qui seront portés à chaque point d’appui.

De Gaulle à Paris

Venu de Rambouillet, de Gaulle arrive juste après la capitulation à la gare Montparnasse où il rencontre Leclerc. Le général veut rapidement imposer sa vision de la continuité républicaine et de l’indépendance de la France face aux Alliés et aux résistants. Symboliquement, il se rend d’abord au ministère de la Guerre et à la Préfecture de police. Ce n’est qu’ensuite qu’il se rend à l’Hôtel de ville auprès des chefs de la Résistance auxquel il refuse une proclamation de la République (« La République n’a jamais cessé d’être »).

« Paris libéré! »

À l’Hôtel de ville, de Gaulle s’adresse enfin aux Parisiens qui se battent depuis une semaine pour leur libération: « Paris ! Paris outragé ! Paris brisé ! Paris martyrisé ! Mais Paris libéré ! Libéré par lui-même, libéré par son peuple avec le concours des armées de la France, avec l’appui et le concours de la France tout entière, de la France qui se bat, de la seule France, de la vraie France, de la France éternelle. »

La parade du 26 août

Dans une ville en liesse qui fête ses soldats et ses combattants, une parade victorieuse se met en marche à 15 heures depuis l’Arc de triomphe (où de Gaulle a ravivé la flamme du soldat inconnu) jusqu’à l’île de la Cité. Une foule immense borde le cortège des officiels et des soldats. Malgré des tirs isolés et une fusillade sur le parvis Notre Dame, de Gaulle continue sa marche jusqu’à la cathédrale où un Te Deum est célébré. Il est protégé par les half-tracks espagnols et leur équipage.

Joie et tristesse

Comme dans toutes les villes françaises, la libération est une période à part où tout se mélange: joie du départ des Nazis et de la fin de l’humiliation, fêtes populaires, chasse aux collaborateurs et souvent lynchages et exécutions sommaires, tonte des femmes liées aux Allemands, retrouvailles, liberté de parole… Mais la présence de de Gaulle à Paris avec de nombreux militaires empêche une grande partie des désordres. Le mardi 29, pour bien montrer que l’ordre est revenu, une forte troupe de soldats américains défile à travers Paris.

La guerre continue

Dès le 25, des éléments de la 2e DB rejoignent le nord de la capitale tandis que les Américains de la 4e DI filent vers la Champagne. Le soir du 26, comme pour rappeler aux Parisiens que la guerre est loin d’être finie, des avions allemands bombardent la ville. Autour de Paris, les Américains sont déjà au-delà de Melun au sud, les Britanniques à Vernon, Louviers et Elbeuf à l’ouest. Le 30, toutes les unités allemandes font retraite derrière la Seine. Du 8 septembre au 5 octobre, 23 fusées V2 tomberont sur la région parisienne.

23 aout
23 aout

il est mort le tortionnaire!

Parce qu’il n’est pas question de mettre sa photo, ni de lui consacrer un article particulier.

Parce qu’il n’est pas question de vous relater la vie d’un tortionnaire, alors que nous manquons de temps pour parler de toutes celles et de tous ceux qui ont succombé entre ses mains de bourreaux, de toutes celles et de tous ceux qu’il a abîmé à vie, de toutes celles et de tous ceux qui ont sacrifié leur jeunesse et leur vie pour défendre la Liberté, nous vous proposons de regarder cet entretien intéressant d’une de ses victimes, El Chato, décédé lui aussi, hélas du Covid 19.

Il échange avec Pablo Iglésias, vous y aurez un aperçu terrible des procédés du franquisme et de ce qu’a pu oser comme supplices cet immonde Antonio González Pacheco, alias Billy el Niño.

Nous voulons à travers son décès -que nous regrettons, juste parce qu’il ne sera jamais jugé- rendre hommage à toutes celles et ceux qui ont eu le courage d’attaquer ces bourreaux, à travers « La Querella argentina ».
En premier lieu à la juge Servini, qui se bat toujours pour l’aboutissement de ce procès, et aux disparus dans la course: Carlos Slepoy y Chato Galante,qui firent tant pour que les crimes de ce sinistre individu soient l’objet d’un jugement.

8 MAI 2020 : 75eme anniversaire de la victoire sur le nazisme.

En 1945, la plupart des européens peuvent fêter cette victoire !
Là où les ruines ne les avaient pas ensevelies,
Là, où l’inhumanité ne les avait pas tués,

Ce 8 mai 1945 est aussi la date du massacre pour les Algériens de Sétif en Afrique du Nord, qui réclamaient l’égalité des droits et traitements.

Ce 8 Mai 1945 est aussi celui où le peuple d’Espagne reste sous le joug de la dictature militaire de Franco et ses sbires : « justice » expéditive, exécutions sommaires, prisons et camps de concentration remplis, interdiction des partis politiques et des syndicats.

Ce 8 Mai 1945 est aussi celui de l’amertume pour les républicains espagnols en Exil en France. Car après avoir combattu dans les rangs de la 2° DB, des Forces Françaises Libres, les maquis, il leur semblait naturel et logique d’en finir avec la dictature franquiste. Les Alliés en décidèrent autrement.

Ce 8 Mai 1945 est aussi celui du début du retour pour les survivants du camp de Mau-thausen… Le soleil entrait à nouveau dans le coeur des hommes…
Malgré la faim, la maladie, ils avaient résisté, emmagasiné des années de témoignages. Porteurs des messages ultimes de leurs compagnons morts sur place.
« Ils n’étaient pas des victimes, mais des ennemis du fascisme ! Ils étaient ceux par lesquels la liberté refleurirait ! » Ils avaient tenu parole.

Ce 8 Mai 1945 est aussi celui du début de la reconstruction des institutions républicaines en Exil. La CNT tient son 1 er congrès hors d’Espagne du 1° au 12 Mai 1945 dans la grande salle de la Mutualité à Paris.

L’association 24 Aout 1944, en ce 75eme anniversaire particulier, souhaite honorer la mémoire de ces hommes et ces femmes de l’ombre qui depuis ce 8 Mai 1945 ont vécu en Exil en France et plus particulièrement à Choisy le Roi en banlieue sud de Paris.

L’an dernier avec la Ville de Choisy le Roi, l’association 24 Aout 1944 inaugurait une plaque en l’honneur des cordonniers Bernal et Cortes, hommes de la Nueve, une exposition urbaine sur l’Imprimerie des Gondoles et organisait une conférence ainsi qu’une séance de cinéma. L’imprimerie de la CNT installée à Choisy le Roi fonctionna selon les critères libertaires de 1956 à 2006

Le film, que nous vous proposons de voir, retrace ces évènements de 2019 à Choisy. Il honore également les 30.000 républicains espagnols tombés pour la liberté hors d’Espagne entre 1939 et 1945.
Ce film rend hommage, avec de nombreux documents d’archives à l’appui, à celles et ceux qui ont poursuivi le combat antifranquiste et pour leurs idéaux en France.

La ville de Choisy honore ces exilés, antifascistes et libertaires espagnols qui ont continué à faire vivre leur idéal d’une société plus juste, à Choisy même. Ils ont fait de cette commune un point du globe connu des tous les anarchistes du Monde et de tous les partis de gauche espagnols.

Vous pouvez suivre leur histoire sur le site de la ville :
https://www.choisyleroi.fr/decouvrir-choisy/limprimerie-des-gondoles-et-la-cnt-imprima-a-choisy/

75e anniversaire de la libération du camp de Mauthausen

Il y a 75 ans s’ouvraient les lourdes portes de Mauthausen, et de ses commandos. Le soleil entrait à nouveau dans le coeur des hommes…

Malgré la faim, la maladie, ils avaient résisté, emmagasiné des années de témoignages. Porteurs des messages ultimes de leurs compagnons morts sur place.

Il leur fallait revivre pour eux, et pour eux continuer le chemin de l’Histoire. Ils furent célébrés, honorés mais peu écoutés. Pourtant avec obstination, ils se firent passeurs de mots, vigiles de mémoire. Et aujourd’hui ce sont leurs descendants qui honorent leur combat.

« Ils n’étaient pas des victimes, mais des ennemis du fascisme! Ils étaient ceux par lesquels la liberté refleurirait! » Ils ont tenu parole.

Voici deux liens à visiter simplement:
https://www.institutfrancais.es/prensa/5-de-mayo-dia-nacional-de-homenaje-a-los-deportados/

https://youtu.be/FDTkYe9Be-Y

Pierre Gonnord lit le texte sur Angel olivares, déporté à Mauthausen, qui appartient à son exposition: « La sangre no es aga » « Le sang n’est pas eau »

Adieu José-Maria Riba

Adieu José-Maria,

Nous venons d’apprendre la terrible nouvelle, de la disparition de José Maria.

Nous sommes bien conscients que pour tous il s’agit non seulement d’un grand professionnel et connaisseur du cinéma qui disparaît, mais surtout d’un ami de longue date. Le frère qui accompagne les pas de chacun sur le chemin de la vie.

C’est un peu comme une amputation du coeur à laquelle nous ne nous habituons jamais. Mêlée au chagrin qui nous saisit lorsque nous perdons un être cher, c’est dur à surmonter.

José Maria avait par ses connaissances, son charisme et sa sympathie su faire d’Espagnolas en Paris, une association incontournable pour qui voulait de plonger dans le cinéma d’avant garde espagnol et d’Amérique Latine.
Mais par son sourire, sa disponibilité, sa gentillesse et tout son savoir cinéphile, il était avant tout un homme attachant, passionnant, honnête et qui engageait chacun à faire un morceau de route à ses côtés.

Aussi, aujourd’hui nous sommes de tout cœur aux côtés de sa famille et de ses amis face à ce deuil cruel.
Les membres de l’association du 24 août 1944

©Association 24 août 1944 - 2023