Mois : décembre 2019

Paris, Barcelone, Paris

Mme Ana Botella Sorribes, professeure d’espagnol au lycée Georges Brassens à Paris (19e) entraine ses élèves sur les traces des Antifascistes espagnols exilés en France en février 1939.

Le lycée Georges Brassens est un établissement particulier, conjuguant disciplines artistiques et enseignement général classique.
Déjà en 2017 Ana avait préparé ses élèves et travaillé avec Madame Hélène BENKOSKI, cheffe de l’établissement, afin d’inaugurer une salle de classe du lycée au nom de « La Nueve »

Le mot de la proviseure:
« Le lycée accueille exclusivement des élèves en double cursus, cursus scolaire et cursus artistique et/ou sportif. Les élèves sont scolarisés le matin ou l’après-midi. La demi-journée libérée est réservée à la pratique de l’activité artistique et/ou sportive.
L’enjeu, pour les équipes du lycée, est d’accompagner la réussite de ces élèves qui sont très enthousiastes et investis dans leur activité, et qui, souvent, ont des emplois du temps très lourds
… »

Cette année 2019, année des 80 ans de l’exil des républicains espagnols, Ana a choisi de mener ses jeunes élèves sur les chemins de « la retirada ».

Puis elle a associé ses classes à la manifestation de dépôt de gerbe devant la tombe du soldat inconnu (Arc-de-triomphe à Paris), accompagnant ainsi l’association des combattants et résistants espagnols du plateau des Glières (association présidée par notre ami Miguel Vera) le vendredi 15 novembre 2019.
Sous une pluie battante, stoïques et courageux, les élèves ont chanté leurs propres oeuvres écrites en hommage aux combattants espagnols…

Pour afficher « Homenaje y memoria » 1, cliquez sur ce lien et télécharger (en haut à gauche) :
https://1drv.ms/v/s!AunQcylHo6bRkUAhlwleh_fMK7yo

« La Sangre no es agua » Remerciements de Pierre Gonnord

Estimados amigos y amigas,

Después del largo trabajo de preparación y la inauguración del conjunto de exposiciones que celebran actualmente en Madrid el 80 aniversario del exilio republicano español, los visitantes no cesan de sentir emoción y manifestar un gran interés por este capítulo de la historia que todos desean y deseamos recuperar. Una labor por la justicia y la dignidad, por la historia y el futuro que brinda el actual Ministerio de Justicia del gobierno español.

Quisiera agradecer personalmente la activa participación de todos y de todas en haberme entregado sus testimonios personales, valores por trasmitir, objetos e imágenes del recuerdo así como sus rostros que he podido retratar y que conforman el proyecto “La sangre no es agua”.
Agradecer muy especialmente a la Association 24 Août 1944 por coordinar todos los encuentros.

Vuestras palabras llegan hoy y muy profundamente a la sensibilidad del público. Muchos jóvenes españoles descubren por primera vez otra realidad histórica mientras los mayores recuerdan y manifiestan con emoción sus propias experiencias.

Es una labor de colaboración importante que debe de dejar huella en recuerdo de todos los que hoy no están pero también por el conjunto de la sociedad y por los ciudadanos del exilio contemporáneo, porque el exilio es y seguirá siendo un problema de todos que no puede dejarnos indiferentes.

He aprendido tanto al escuchar sus historias que deseo continuar esta labor para completar lo que hemos iniciado y contribuir con mi modesta aportación a esta gran causa. Gracias a todos y a todas de corazón.

Una vez más muchas gracias por toda su aportación. Están cordialmente invitados en visitar la exposición que se celebrará hasta finales del próximo mes de enero pero que probablemente continuará en un ciclo de itinerancia. Les mantendremos informados. Gracias a Véronique Salou, Ramón Pino, Rosine Arroyo, Leonor Fabra, Juan Chica Ventura y Marianne Góngora que nos han dado la alegría de visitarnos. Estamos esperando próximamente a Paquita Blasco, a Claude García y a todos los que tienen la oportunidad de venir. (…)

Pierre

https://80aniversarioexiliorepublicano.mjusticia.gob.es/cs/Satellite/arep/es/galerias/gonnord

https://www.facebook.com/MinisteriodeJusticiaEsp/videos/508858323046571/

Lina, comme une jeune fille!
Lina, comme une jeune fille!
Catalogue exceptionnel!
Catalogue exceptionnel!

Documents joints

L’association 24 août 1944 vous présente ses meilleurs voeux

2020

Voici l’année nouvelle et les espoirs s’animent, pourvu que nous pensions à résister, à se persuader qu’une autre société plus juste et partageuse peut surgir de nos volontés et que nous ayons la force de nous mettre au travail pour la construire, malgré les grincheux, et les profiteurs, les tueurs de bonheur et les rapaces.

Alors sous les pieds des peuples de la terre pousseront, en 2020, les fleurs multicolores qui enchanteront nos voyages et accompagneront de leur parfum, les sillages des nomades qui iront d’une terre à l’autre sur un territoire sans frontière.

Tous nos ouvrages seront dans vos malles, compagnons et témoins de vos pas vers la liberté et la justice.

Nous vous attendons en 2020, toujours plus nombreux, pour éveiller la mémoire et la résistance au rouleau compresseur de la finance et pour imposer une société dont nos anciens ont posé les premières pierres.

Bonne année avec plein de santé, de courage et de bonheur à partager.

L’association 24 août 1944

Documents joints

¡MORIR EN MADRID… UNA SEGUNDA VEZ !

En voici le texte français:

PETITION : MOURIR À MADRID …UNE SECONDE FOIS !

L’Association 24 Aout 1944 à Jose Luis Martinez Almeida, maire de Madrid.

Notre association s’émeut et proteste contre le fait que l’équipe municipale dirigée actuellement par Jose Luis Martinez Almeida ait pu voter et procéder au démantèlement du monument élevé dans le cimetière de l’est, en hommage aux 2937 victimes de la répression franquiste, fusillés à Madrid, dans les années 1939 à 1944.
Notre association, constituée à Paris en 2013, a pour but de faire connaître la mémoire des Espagnol(e)s antifranquistes qui se réfugièrent en France en 1939 ; et en particulier la mémoire de ceux, et ils furent nombreux, qui s’engagèrent dans la résistance contre le fascisme soit en s’incorporant dans les rangs de la résistance en France soit dans les Forces Françaises Libres qui combattaient aux côtés des armées alliées contre Hitler et Mussolini.
Ainsi la « Nueve », de la 2° DB commandée par le général Leclerc, entra la première dans Paris le 24 Aout 1944. Dans ses rangs, que des républicains espagnols.
La Mairie de Paris dès 2004, engagea la reconnaissance de ces combattants.

En 2014 pour les 70 ans de la libération de Paris, une cérémonie à notre initiative rassembla plus de 2000 personnes. Elles purent admirer le « halftrack » Guadalajara de la Nueve, gardé par l’armée française dans une de ses garnisons, et qui pour la première fois était exposé tout près de l’Hôtel de Ville de Paris.

En 2015, à notre grand étonnement le roi Felipe VI et la reine ainsi que Mme Hidalgo, Maire de Paris inauguraient le jardin de la Nueve, attenant à l’hôtel de ville de Paris.

En 2017, le 20 avril, la Mairie de Madrid dirigée par Madame Manuela Carmena, décida aussi d’honorer ces républicains engagés dans la lutte pour la libération de l’Europe du joug fasciste, nazi et franquiste, en inaugurant à son tour un jardin de la « Nueve ».

Pour toutes ces raisons, liées à la mémoire de celles et ceux qui ne cessèrent jamais de se battre pour la liberté, en Europe comme en Espagne et plus particulièrement à Madrid, au prix le plus souvent de leur vie, nous sommes particulièrement ulcérés par cet acte de destruction de la mémoire historique de votre ville et par conséquent de votre pays auquel votre municipalité vient bassement de se livrer. À savoir, la destruction du mémorial dédié aux fusillés du cimetière de l’Almudena, à l’Est de Madrid.

Regarder en face l’histoire et ses vérités c’est faire en sorte d’éviter que de telles monstruosités ne se reproduisent.

En tant qu’association mémorielle et au nom de tous les descendants de ces hommes et ces femmes qui ont donné leur vie ou qui ont dû fuir leur pays pour la liberté contre le fascisme, nous protestons et exigeons que vous rétablissiez ces plaques qui comportent les listes des noms des fusillés, et que vous garantissiez le maintien de ce mémorial intact dans l’avenir.

Nous rejoignons dans ce combat, les associations mémorielles de Madrid et de la péninsule qui se battent pour la mémoire des républicains espagnols morts pour la liberté.

Nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir, pour informer le plus grand nombre de personnes et de responsables européens de cette situation et pour qu’un large mouvement de soutien au maintien du mémorial se fasse jour.

D’ores et déjà nous engageons chaque personne, choquée par un tel saccage, à signer ce texte.
En l’attente de votre réponse et prise en compte de notre requête, Recevez Monsieur Le maire, nos salutation associatives.

Association 24-août-1944

Nous convions toutes celles et ceux, choqués par cet acte, à signer cette pétition pour obtenir réparation et reconstitution du monument aux 2937 fusillés du franquisme à Madrid.
À diffuser largement.

Vous pouvez signer en suivant ce lien, merci:
[->https://secure.avaaz.org/fr/community_petitions/Maire_de_Madrid_MOURIR_A_MADRID_UNE_SECONDE_FOIS_MORIR_EN_MADRID_UNA_SECUNDA_VEZ/?tEHRjpb
https://secure.avaaz.org/fr/community_petitions/Maire_de_Madrid_MOURIR_A_MADRID_UNE_SECONDE_FOIS_MORIR_EN_MADRID_UNA_SECUNDA_VEZ/?tEHRjpb
https://secure.avaaz.org/fr/community_petitions/Maire_de_Madrid_MOURIR_A_MADRID_UNE_SECONDE_FOIS_MORIR_EN_MADRID_UNA_SECUNDA_VEZ/?tEHRjpb]

FRANCO ASSASSIN
FRANCO ASSASSIN

Documents joints

Une histoire Galicienne

Des témoignages d’une vie de résistance

Chonchiña et Francisco se rencontrent en 1931 à Saint Jacques de Compostelle et entament de longues fiançailles. Le soulèvement militaire franquiste du 18 juillet 1936 bouleverse à jamais les projets des deux jeunes gens. Francisco est condamné à mort, puis gracié. Il est emprisonné pendant sept ans. À sa libération, le couple s’exile au Mexique pendant plus de trente années. Aujourd’hui, Chonchiña se raconte dans ce film qui évoque le parcours de quelques républicains en lutte contre le fascisme dans les heures les plus sombres d’un conflit préfigurant la seconde guerre mondiale.

.
Le vendredi 20 décembre 2019 à 19h suivi d’un débat avec Begoña Maceira.

Centre Paris’Anim ; Place des Fêtes
2/4 rue des Lilas
75019 Paris
Entrée gratuite

Une Histoire Galicienne de Patrick Seraudie
Une Histoire Galicienne de Patrick Seraudie

CAMINOS DEL EXILIO

Nous étions un petit groupe de notre association, présents ce 4 décembre à l‘Arqueria de Nuevos Ministerios à Madrid, pour participer à l’inauguration d’une grande exposition sur l’exil des républicains espagnols. Nous y étions invités car nous avons réalisé une partie de cette exposition en couvrant les murs d’une salle spacieuse de 95 photos inédites de Philippe Gaussot.

L’exposition dans son intégralité sera à Madrid jusqu’à la fin janvier 2020 et des classes d’étudiants doivent aller la visiter.

Philippe Gaussot, Que faisait cet homme, sans relation visible avec l’Espagne, au coeur des populations espagnoles fuyant la terrible répression du dictateur?

Engagé dans les Jeunesses Ètudiantes Chrétiennes, il ne supportait pas de savoir ce peuple pourchassé et assassiné par les franquistes sans s’impliquer pour lui venir en aide. Ainsi Philippe Gaussot entre au Comité National Catholique pour changer le cours de l’histoire, des enfants d’abord et de toute une population ensuite.
« Le Comité National Catholique : Le déclenchement de la guerre civile espagnole entraîna une série d’initiatives d’aide humanitaire très diverses, et les enfants furent, dès le début, un des groupes qui suscita le plus de préoccupations. Déjà, dans les premiers jours de l’exode basque, et sous l’égide de l’Église catholique, fut créé le Comité national catholique d’accueil aux Basques, rejoint, lorsque la guerre atteignit la Catalogne, par le Comité national catholique de secours à l’enfance de Catalogne. Ces deux organismes remplirent une tâche énorme en mettant en place en territoire français des colonies pour accueillir les enfants… » de Gemma Caballer, Queralt Solé

Cette exposition de photos nous est parvenue par Felip Solé, infatigable marcheur sur les sentes de la mémoire des antifascistes espagnols. Son désir: que nous prenions en charge la réalisation de cette exposition, et sa diffusion partout où elle peut être accueillie. Ce que nous nous efforçons de mettre en pratique.

Dans une salle allouée spécialement à ces photos, le public peut suivre les étapes de l’exil espagnol. Le lieu est spacieux, réservé uniquement à ces photos inédites, nous pouvons prendre le temps de les découvrir, de les apprécier, et de lire sur les visages des photographiés leur amitié et bienveillance envers le photographe. De terribles photos mais emplies d’humanité!
Les enfants jouent et travaillent collectivement pour que la vie soit plus agréable dans le centre. Et tout à coup surgissent des files ininterrompues de femmes, d’enfants et d’hommes mais aussi d’animaux et de matériel, fuyant une mort annoncée…

Ces photos sont très puissantes surtout que grâce au travail opiniâtre de Felip Solé et de Grégory Tuban. Ils ont identifiés les lieux, reconstitués les parcours. Et Gemma Caballer, Queralt Solé ont partagé avec nous leurs recherches sur le Comité National Catholique.

Jean-Philippe Gaussot, le fils de Philippe par lequel nous sont parvenus ces clichés était présent. Il n’en revenait pas d’avoir pu rendre à son père cet hommage. Car ces photos étaient enfouies au fond d’une mallette dans son grenier et son père ne les avait jamais mises en avant; il n’avait pas parlé de son action auprès des démunis de l’exil espagnol… comme si son engagement était naturel et normal. Lui aussi, comme beaucoup d’Espagnols combattants de la Liberté, considérait qu’il avait seulement accompli son devoir sans autre forme de gloire, et durant ce temps passé auprès des réfugiés il s’était adonné à son passe temps préféré: la photo!

Dans la salle voisine en contrebas, nous retrouvons l’ami à l’oeil acéré Pierre Gonnord et tout à coup de réalisateurs d’exposition nous devenons sujets de photos. En effet, cet été, Pierre a passé une grosse semaine à Paris pour photographier ceux qui avait connu l’exil, les camps et leurs descendants. Nous voilà donc plaqués au mur, avec nos visages, nos objets et le texte de nos témoignages. Nous peinons à nous reconnaitre. Comme le dit notre amie Chari: « C’est la plus belle photo de ma vie! »

Chacun y a mis toutes les forces de son histoire, et de celle de ses parents. Il fallait bien raccompagner nos géniteurs jusqu’à leur terre natale d’une manière digne et avec les honneurs.

Franchement, ce fut une vraie réussite. Pour la première fois après 80 ans d’exil, ils sont accueillis dans la capitale espagnole, par les plus hautes instances du pays.
Alors même si les choses sont encore imparfaites, même s’il reste encore du chemin pour que justice soit rendue à toutes les victimes du franquisme et à tous ces combattant(e)s de la Liberté, nous ne bouderons pas sur cet hommage et sur les considérations dont ils sont l’objet.

Voici quelques liens qui décrivent l’inauguration de l’exposition:
[https://www.elespanol.com/cultura/historia/20191206/fotos-ineditas-exilio-republicano-descubiertas-maleta/449735024_3.html#img_2]

https://youtu.be/zWC1C1w9qtg

https://elpais.com/cultura/2019/12/04/actualidad/1575476852_181781.amp.html?__twitter_impression=true

-Nos parents sont à nouveau au coeur de l’actualité, d’autant plus que s’ils sont accueillis avec amitié et considération par le gouvernement espagnol actuel, ils sont honnis par le nouveau maire de Madrid et ses alliés peu fréquentables, car au moment où nous étions à Madrid, la municipalité de droite et extrême droite faisait détruire le monument du cimetière de l’Amudena (Est de la ville) le monument comportant 2937 noms de fusillés par Franco entre 1939 et 1944.

C’est dire si les antifascistes espagnols de 1936 et leur mémoire ont encore un rôle à jouer bien vivace auprès de la population espagnole et surtout de la jeunesse!
Nous avons d’ailleurs lancé une pétition pour que la maire de Madrid revienne sur ce saccage innommable. Vous pouvez la signer:

Signez la pétition

©Association 24 août 1944 - 2023