POLITIQUE D’ACCUEIL Edouard DALADIER / Albert SARRAUT

Article du | 24 aout 1944 |
Alors que depuis le début des années 30, des milliers de réfugiés, intellectuels, juifs, socialistes, communistes… fuyant la montée du nazisme et du fascisme, en Allemagne, en Italie, en Autriche, en Hongrie, en Roumanie, en Bulgarie…, ont trouvé refuge, et que sur la frontière pyrénéenne se presse le plus grand exode de la guerre d’Espagne, la plupart de ces antifascistes vont tomber sous le coup de la nouvelle loi qui prévoit l’internement administratif.

POLITIQUE Edouard DALADIER / Albert SARRAUT.

Si les divisions et les tensions qui depuis 1936 secouent la France perdurent, il est à noter que le sentiment de rejet des étrangers indésirables traverse toutes les tendances politiques, de droite comme de gauche.  C’est dans cette atmosphère de restriction et de rejet des étrangers que se présentent plus d’un demi-million d’Espagnols en février 1939. Loin de l’espoir d’une France accueillante et fraternelle, ils vont subir de plein fouet les mesures de contrôle, d’enfermement, de chantage de reconduite à la frontière voire parfois de refoulement.

 

Politique d’accueil menée par les différents gouvernements qui ont jalonné cette période.

On peut globalement définir trois périodes :

  • 1936 : plutôt tolérante même si, à peine 3 mois après le coup d’Etat, la politique d’accueil du gouvernement Blum devient plus restrictive, n’offrant l’asile qu’aux enfants et aux personnes porteuses d’un passeport muni d’un visa des autorités consulaires françaises, tandis que la surveillance de la frontière est renforcée.
  • 1937 : premières mesures plus restrictives dans le cadre d’une politique sécuritaire, de restriction dans l’accueil des étrangers et de réduction des coûts. En septembre, Max Dormoy, ministre de l’Intérieur, parlant des 50 000 Espagnols en France déclare : « J’ai décidé de les mettre en demeure de quitter notre territoire», excepté les enfants, les malades et les blessés. Le 27 novembre, il précise qu’au regard des hommes valides, seuls les résidents bénéficiant de ressources suffisantes sans occuper d’emploi sont autorisés à rester.
  • Le 10 avril 1938, avec le retour du radical-socialiste Edouard Daladier à la présidence du conseil, c’est le tournant. Mesures xénophobes et rejet de l’accueil des étrangers vont se succéder. Au travers d’une série de mesures législatives, un arsenal répressif destiné à contrôler, surveiller et punir les étrangers est mis en place. La France, terre d’asile, n’existe plus.
  1. Sarraut, ministre de l’Intérieur, préconise une action méthodique pour débarrasser la France des éléments indésirables trop nombreux qui y circulent.
  • Le 2 mai 1938, un décret sur la « police des étrangers » rappelle la distinction à faire entre les bons et les mauvais étrangers indignent de vivre en France. Pour parfaire les contrôles, les Français qui hébergent des étrangers, sont tenus de les déclarer faute de quoi ils seront poursuivis en justice.
  • Le 12 novembre 1938, alors que le gouvernement se déclare satisfait des résultats de sa politique, 2 nouveaux décrets destinés à renforcer les mesures prises en mai, sont pris :
  • l’un relatif aux brigades de « gendarmerie-frontière» ;
  • l’autre relatif à la discrimination à effectuer entre les étrangers acceptables et les indésirables qu’il s’agit d’éradiquer. À cette fin, de nouvelles règles concernant le mariage des étrangers et l’acquisition de la nationalité sont édictées, la déchéance de la nationalité facilitée… (de nouveau, ces mesures ont quelques relents actuels) Pour les « indésirables» dans l’impossibilité de trouver un pays d’accueil, des centres spéciaux sont créés. L’assignation à résidence prévue en mai étant jugée trop laxiste. Le 21 janvier 1939, Le «1er centre spécial» réservé aux femmes est créé à Rieucros, en Lozère.

 

Dans ce véritable régime de rejet instauré par A. Sarraut, le préfet des Pyrénées orientales, Raul Didkowski appliquant à la lettre les nouvelles directives, interdit les collectes, meeting, manifestations et menace ceux qui hébergeraient un réfugié sans le déclarer d’un emprisonnement doublé d’une amende. Il est impossible de louer une salle pour se réunir, les locaux des organisations sont perquisitionnés… L’instauration de ce climat de xénophobie dont l’objectif prioritaire continue à être de préserver la paix sociale, reste de se débarrasser par tous les moyens de ces hôtes encombrants.

 

Le lendemain de la prise de Barcelone, le 27 janvier 1939, la France entrouvre sa frontière mais les ordres d’A. Sarraut sont clairs : « C’est simple : les femmes, les enfants, les blessés et les vieillards, on les accueille. Les hommes en âge de porter les armes, on les refoule.»

Malgré les déclarations officielles qui assurent que tout est prêt pour les recevoir, tout fait défaut. Seules efficiences, l’ordre et la sécurité pour lesquels rien n’a été négligé. L’accueil n’a rien de fraternel. Les réfugiés, véritables parias, sont traités en ennemis par les autorités. Toute la zone frontalière, déclarée zone militaire est sous contrôle.

Cette situation ne se modifiera qu’avec l’approche de la guerre où la manne que représentent ces milliers de réfugiés pour l’économie du pays et pour les besoins militaires sera considérée.

 

Toutefois, après le pacte germano-soviétique, de nouvelles mesures sont prises :

  • Le 1er septembre 1939 est publié un nouveau décret confirmant la circulaire du 30 août 1939 prévoyant, en cas de conflit armé, « le rassemblement dans des centres spéciaux de tous les étrangers de sexe masculin ressortissant de territoires appartenant à l’ennemi » âgés de 17 à 50 ans. Ainsi, alors que la guerre contre l’Allemagne nazie est imminente, les premiers visés sont les antifascistes allemands.
  • Le 5 septembre 39, un communiqué leur demande de rejoindre immédiatement les centres de rassemblement puis, le 14 septembre 39, un nouveau communiqué, diffusé par la presse et la radio, convoque à leur tour les hommes de 50 à 65 ans.
  • Le décret du 18 novembre 1939, accentue encore la répression car il prévoit : « Les individus dangereux pour la défense nationale ou pour la sécurité publique peuvent, sur décision du préfet, être éloignés par l’autorité militaire des lieux où ils résident et, en cas de nécessité, être astreints à résider dans un centre désigné par décision du ministre de la Défense nationale et de la Guerre et du ministre de l’Intérieur ».

 

Ces mesures sont aggravées par la circulaire d’application du 14 décembre 1939 d’Albert Sarraut adressée aux préfets qui stipule que : « L’extrémiste qui, par ses conseils et ses tracts, s’efforce de rompre dans les usines le moral robuste des travailleurs, l’alarmiste des cénacles ou des salons qui jette sur ses auditoires les paroles de mensonge ou les prophéties de panique sont, au même titre, les ennemis de la Patrie, et le devoir que vous trace le décret du 18 novembre est de les déceler en les éloignant, sans délai, des lieux où ils poursuivent une activité d’autant plus nocive qu’elle parvient à se mieux soustraire à l’étreinte de la loi (…) Dès lors, la nécessité s’impose d’être armé non seulement contre le fait délictueux ou criminel, mais aussi contre la volonté notoire de le commettre (…) Ainsi, l’obligation de la précaution préventive apparaît-elle aussi impérieuse que celle de la mesure répressive (…) Ce texte est grave. Il place dans vos mains [celles des préfets] une arme redoutable. Il est exorbitant du droit commun du temps de paix. Mais il est justement ainsi parce que c’est une loi du temps de guerre et destinée à disparaître avec elle, une loi exceptionnelle ».  

 

Sous le gouvernement de Vichy, les antifascistes issus de toute l’Europe, les juifs allemands, autrichiens, polonais, roumains, les tziganes et les opposants français, seront les victimes désignées de ces mesures.

Mots-clefs :
Partager cet article :
Haut de page
©Association 24 août 1944 - 2023