Faire connaître et cultiver la mémoire historique de la Libération de Paris en 1944, commencée le 19 juillet 1936 en Espagne, continuée sur différents fronts en Europe et en Afrique ou dans les maquis en France et qui se prolongea dans le combat contre le franquisme.


 
 
Accueil > Chronologie 1833-1975 > Les Collectivités > L’autogestion dans l’Espagne révolutionnaire

Un aspect souvent écarté de l’histoire de la guerre civile est la phase révolutionnaire, le rôle d’environ deux millions de travailleurs socialistes, anarcho-syndicalistes et sans étiquette pour prendre en main eux-mêmes la production dans toute l’Espagne républicaine. Cette vision sociale révolutionnaire n’est pas venue spontanément. À l’opposé, en France en juin 1936, les travailleurs occupaient leur lieu de travail, mais les tentatives de les autogérer, de les retirer des mains des propriétaires capitalistes ont été pratiquement inexistantes. C’est cette prise de conscience et ensuite la pratique de l’autogestion dans des conditions de révolution sociale que je vais évoquer brièvement.

.

1931-1932 « La grande illusion »

Après des siècles d’obscurantisme scientifique, moral et sexuel, imposé par une sorte de de catholicisme soutenu par le Vatican, à la suite de conditions politiques très fragiles, l’Espagne se retrouve le 14 avril 1931 en république. Et ce nouvel Etat se dote d’une constitution dont l’article 1 indique : “l’Espagne est une république démocratique de travailleurs”. Comme il y a un gouvernement de gauche, la grande majorité des travailleurs fait une lecture hardie de l’expression “république de travailleurs”, alors que la définition était parfaite “république démocratique”, avec toute l’hypocrisie du terme “démocratie” dans un régime capitaliste.
C’est du choc entre les revendications de hausse des salaires et de réformes sociales profondes des travailleurs et la conduite lente et pusillanime de la gauche au pouvoir que se dégage une opposition tenace et profonde du prolétariat contre la droite et la gauche.
Les aspirations des salariés sont renforcées et accompagnées par un fort mouvement anarcho-syndicaliste qui prône un changement social immédiat par le communisme libertaire –par opposition au communisme marxiste léniniste de la Tchéka–. Une centrale syndicale, la CNT –Confédération Nationale du Travail –, pratique l’anarchosyndicalisme depuis 1910, c’est-à-dire la lutte de classe, l’action directe et la lutte anticapitaliste en s’adressant à tous les travailleurs. On peut remarquer au passage la différence avec l’anarchisme, trop souvent limité aux milieux intellectuels, niant parfois la lutte de classe et la violence révolutionnaire au profit d’une idée de progrès culturel quasi automatique.
Les travailleurs espagnols sont pris dans un moment historique de renversement de valeurs imposées et intérieurement refusées parce que favorables aux seuls possédants. Les travailleurs trouvent une idéologie qui donne une réponse prolétaire fondée sur la solidarité, la capacité des salariés de reconstruire la société par eux-mêmes. Ils prennent conscience de leur dignité et de leur énergie.

1932-1936 Échec des tentatives insurrectionnelles limitées

Cette période est d’abord marquée par des insurrections régionales répétées tant de la part de la CNT que de l’UGT et du PS. Paradoxalement, les échecs sont ressentis par une grande partie des travailleurs comme une préparation et une avancée vers une révolution sociale nécessaire et inévitable. Cette impression vient du fait que la droite semble incapable de rien modifier et que les partis de gauche donnent l’impression de vouloir appliquer de véritables réformes, s’ils reviennent au pouvoir.
La preuve semble être l’insurrection révolutionnaire d’octobre 1934 aux Asturies, préparée et lancée par le PS -qui en Espagne s’appelle PSOE, Parti Socialiste Ouvrier Espagnol- et l’UGT (Union Générale des Travailleurs, plutôt socialisante, alliée localement à la CNT). Un slogan jaillit « UHP Unissez-vous frères prolétaires ou Union des frères prolétaires, Unión de Hermanos Proletarios », issu de la pratique en grande partie unitaire des socialistes, des ugétistes, des cénétistes, de communistes sans Moscou, de communistes avec Moscou et de salariés sans étiquette.
Durant deux semaines, ils occupent des mines et des usines, la banque d’Oviedo, des entreprises de fabrication d’armes, créent des cantines avec une monnaie syndicale, pour nourrir et organiser la population. Ils suivent en fait tous le schéma du communisme libertaire de la CNT.

1936-1939 Prise en main d’une partie de l’économie capitaliste et créativité révolutionnaire

De cette perception de la possibilité d’un changement révolutionnaire, de cette conviction de l’unité prolétaire à la base surgissent spontanément et progressivement de nombreuses initiatives des salariés, à partir de l’échec du putsch militaire dans une grande partie de l’Espagne (Barcelone, Madrid, Valence, Oviedo, etc.) (lire l’article Les collectivités comment ça fonctionne).
Un échec qui va de pair avec l’effacement de l’Etat républicain et des gouvernants de gauche, incapables de prévoir et de gérer la situation, alors que les militants des syndicats, les travailleurs, avec bien souvent l’aide de membres des forces répressives républicaines (surtout à Barcelone), assurent la victoire et l’organisation de la résistance et de la société.
Unification en Catalogne des chemins de fer, dès fin juillet 1936, surtout de la part de la CNT et dans une moindre mesure de l’UGT, (trois compagnies privées auparavant) et donc capacité de synthétiser, d’harmoniser des horaires différents, des personnels et du matériel séparés. Création d’une industrie de guerre (blindés, armes, munitions) à Barcelone et dans sa banlieue.
Création dans la région de Valence en septembre 1936 (de Castellón à Murcie, entre 1936 et 1939) par la CNT et l’UGT de nombreuses collectivités agricoles mixtes et du CLUEA –Comité du Levant d’Exportation Unifiée des Agrumes-.
De multiples collectivités agricoles aragonaises de l’UGT et de la CNT.
Socialisation généralisée aux Asturies de la CNT et de la CNT.
Autogestion par la CNT des pécheurs et de villages andalous, forte implantation ugétiste à Jaén, etc.
Développement de collectivités cénétistes en Castille, mais peu de collectivités mixtes avec l’UGT.
Partout ces mutations sociales ont lieu tout en respectant les « perdants », ex propriétaires, familles de factieux tués par les révolutionnaires. Tous ont droit à la nouvelle économie, tout au contraire de la pratique marxiste léniniste du socialisme réel, la fameuse lutte contre les koulaks (prétendus paysans riches) de Staline.

En guise de réflexions finales

Cet aperçu de la capacité réelle et non plus virtuelle des travailleurs, pour une autre société, ne peut faire oublier une rupture nette entre la base et le sommet de nombreuses organisations. L’État républicain, absent, s’est reconstitué au fil des mois, surtout avec l’aide de l’URSS, monopolisant les armes lourdes et les distribuant à ses pions politiques. L’ensemble des partis et des syndicats participe à un gouvernement, sur une base de lutte antifasciste, mais sans projet social commun.
Il en découle de fait une guerre civile dans la guerre civile (attaques sanglantes contre des centres autogérés en février et en mars 1937, le comble étant l’attaque en mai 1937 par des forces de police catalane du centre téléphonique de Barcelone tenu par des ugétistes et des cénétistes, la confirmation étant l’intervention de deux divisions du PC pour interrompre en partie le processus autogestionnaire UGT et CNT en Aragon en août 1937).
La coupure entre les états-majors de l’UGT, de la CNT et leur base reflète l’absurdité d’une alliance politique au bénéfice de la bourgeoisie républicaine et au mépris des conquêtes prolétaires.
L’héroïsme des combattants républicains est écrasé par des tactiques militaires stupides de leurs commandements (comme l’offensive prônée par les soviétiques en novembre 1938 contre Teruel, sans aucun appui aérien, les aides soviétiques étant interrompues pour renforcer le rapprochement avec l’Allemagne hitlérienne). Et cette volonté de victoire républicaine se heurte à la fois à une puissance sans cesse renouvelée des armées franquistes, alimentées en hommes par la zone coloniale du Maroc espagnol, par les nombreuses divisions italiennes bien équipées, les armes lourdes et les techniciens allemands.
En dépit des spécificités ibériques, cette expérience s’inscrit dans la chaîne des tentatives autogérées du mouvement ouvrier : 1910-1917 magonisme et zapatisme au Mexique, 1917-1921 soviets libres à la base en URSS, 1956 conseils d’usines en Hongrie contre les chars soviétiques, etc.