Faire connaître et cultiver la mémoire historique de la Libération de Paris en 1944, commencée le 19 juillet 1936 en Espagne, continuée sur différents fronts en Europe et en Afrique ou dans les maquis en France et qui se prolongea dans le combat contre le franquisme.


 
 
Accueil > La Nueve et la 2ème DB > La marche de la 2e DB vers Paris

Petite approche chronologique des 23, 24, 25 et 26 Août 1944

.

Les combats sur la N20

23 aout {JPEG} Partie à l’aube du mercredi 23 août, la 2e DB roule à toute vitesse et arrive jeudi 24 dans la banlieue sud sur trois axes. La colonne Morel-Deville doit faire diversion à l’ouest par Trappes, Saint-Cyr et Versailles pour faire croire que l’attaque principale vient de ce côté. La colonne Langlade-Massu passe au centre par Chevreuse et Jouy-en-Josas. A l’est, la colonne Billotte suit la Nationale 20 et se heurte à une forte résistance allemande à Longjumeau, Antony et Fresnes. Les pertes sont importantes : plus de 300 tués, 40 chars détruits. Le soir, les soldats de Leclerc sont aux portes de Paris.

La colonne Dronne

Au soir du jeudi 24, sur ordre de Leclerc, une petite colonne blindée (18 blindés et 150 hommes) commandée par le capitaine Dronne entre dans Paris par la Porte d’Italie. Elle passe la Seine au Pont d’Austerlitz et arrive devant l’Hôtel de Ville où elle est accueillie par l’état-major de la Résistance et Chaban-Delmas. Tout le long du chemin, la foule se précipite sur les soldats français, la fin du cauchemar est proche. Les cloches de Paris se remettent à sonner.

Soldats français et américains dans Paris

Le vendredi 25 au matin, les colonnes Langlade, Dio et Billotte rentrent à leur tour dans Paris où la joie est indescriptible mais où les combats continuent. De sévères accrochages on lieu autour du Luxembourg, des Tuileries et d’autres points d’appui. Leclerc va installer son QG à la gare Montparnasse. Pendant ce temps, les Américains de la 4e DI entrent par la porte d’Italie, passent par la Bastille et filent vers l’est et le bois de Vincennes pour couper la retraite allemande.

La reddition

Dès 10 heures du matin, Billotte avait envoyé un ultimatum à Von Choltitz : "Afin d’éviter toute effusion de sang inutile, il vous appartient de mettre fin immédiatement à toute résistance". A 15h30, le général allemand signe la capitulation de ses troupes devant Leclerc et Rol-Tanguy. Une demi-heure plus tard, il signe à la gare Montparnasse les ordres de cessez-le-feu qui seront portés à chaque point d’appui. La

De Gaulle à Paris

Venu de Rambouillet, de Gaulle arrive juste après la capitulation à la gare Montparnasse où il rencontre Leclerc. Le général veut rapidement imposer sa vision de la continuité républicaine et de l’indépendance de la France face aux Alliés et aux résistants. Symboliquement, il se rend d’abord au ministère de la Guerre et à la Préfecture de police. Ce n’est qu’ensuite qu’il se rend à l’Hôtel de ville auprès des chefs de la Résistance auxquel il refuse une proclamation de la République ("La République n’a jamais cessé d’être").

"Paris libéré !"

A l’Hôtel de ville, de Gaulle s’adresse enfin aux Parisiens qui se battent depuis une semaine pour leur libération : "Paris ! Paris outragé ! Paris brisé ! Paris martyrisé ! Mais Paris libéré ! Libéré par lui-même, libéré par son peuple avec le concours des armées de la France, avec l’appui et le concours de la France tout entière, de la France qui se bat, de la seule France, de la vraie France, de la France éternelle."

La parade du 26 août

Dans une ville en liesse qui fête ses soldats et ses combattants, une parade victorieuse se met en marche à 15 heures depuis l’Arc de triomphe (où de Gaulle a ravivé la flamme du soldat inconnu) jusqu’à l’île de la Cité. Une foule immense borde le cortège des officiels et des soldats. Malgré des tirs isolés et une fusillade sur le parvis Notre Dame, de Gaulle continue sa marche jusqu’à la cathédrale où un Te Deum est célébré.

Joie et tristesse

Comme dans toutes les villes françaises, la libération est une période à part où tout se mélange : joie du départ des Nazis et de la fin de l’humiliation, fêtes populaires, chasse aux collaborateurs et souvent lynchages et exécutions sommaires, tonte des femmes liées aux Allemands, retrouvailles, liberté de parole... Mais la présence de de Gaulle à Paris avec de nombreux militaires empêche une grande partie des désordres. Le mardi 29, pour bien montrer que l’ordre est revenu, une forte troupe de soldats américains défile à travers Paris.

La guerre continue

Dès le 25, des éléments de la 2e DB rejoignent le nord de la capitale tandis que les Américains de la 4e DI filent vers la Champagne. Le soir du 26, comme pour rappeler aux Parisiens que la guerre est loin d’être finie, des avions allemands bombardent la ville. Autour de Paris, les Américains sont déjà au-delà de Melun au sud, les Britanniques à Vernon, Louviers et Elbeuf à l’ouest. Le 30, toutes les unités allemandes font retraite derrière la Seine. Du 8 septembre au 5 octobre, 23 fusées V2 tomberont sur la région parisienne.