Faire connaître et cultiver la mémoire historique de la Libération de Paris en 1944, commencée le 19 juillet 1936 en Espagne, continuée sur différents fronts en Europe et en Afrique ou dans les maquis en France et qui se prolongea dans le combat contre le franquisme.


 
 
Accueil > La retirada > Le plus grand exode de la guerre civile (...)

La Retirada, la retraite, est le nom donné pour désigner le plus grand exode de la guerre civile espagnole, consécutif à la conquête nationaliste de la Catalogne. S’il va surprendre par son ampleur, il se caractérise aussi par le contexte dans lequel il va se dérouler.

.

La plupart des réfugiés qui au début de l’année 1939, trouvent refuge en France, vont avoir en effet, pour comble de malchance, de tomber sous le coup de nouvelles lois dont celle du 12 novembre 1938 qui prévoit l’internement, dans des « centres spéciaux » où ils feront l’objet d’une surveillance permanente, des étrangers jugés dangereux pour l’ordre public et qui ne peuvent profiter de cette liberté encore trop grande donnée par l’assignation à résidence prévu par le décret du 2 mai. ….(lire l’article La politique d’Albert Sarrault/Edouard Daladier et texte du décret du 2 mai 1938)
Lorsque contraint et forcé, le gouvernement français ouvre la frontière, il n’envisage à aucun moment d’offrir une hospitalité large et durable. D’emblée, priorité est donnée au retour de ces hôtes encombrants. Que ce soit pour garantir la paix sociale et limiter les dépenses publiques qui seront estimées à 7 millions de Fr/jour, ou pour entretenir des relations de bon voisinage avec Franco et s’assurer de sa neutralité en cas de conflit mondial, il est hors de question pour le gouvernement de maintenir sur son territoire les 500 000 réfugiés qui, entre le 28 janvier et le 12 février, vont chercher refuge en France. Seule l’approche de la guerre et la pénurie de main d’œuvre, l’incitera à changer de stratégie. Pour l’heure, à la veille de l’entrée en France du plus grand exode jamais enregistré, le temps n’est pas à son utilisation potentielle mais comment s’en débarrasser. (lire l’article les accord honteux Bérard/Jordana et le texte de ces accords)

ACCUEIL

- La frontière
Le 26 janvier, alors que Barcelone tombe, une réunion interministérielle décide de maintenir la frontière fermée par des barrages infranchissables. Deux jours après, face à l’afflux de réfugiés à tous les postes frontières, la frontière est ouverte aux civils et aux blessés. Ce n’est que le 5 ou 6 février, suivant les postes frontières, alors que toutes les capitales catalanes sont tombées aux mains des nationalistes, que l’autorisation d’entrer est enfin donnée aux militaires. Ils devront se présenter en ordre et sans arme.
Les routes vers la France sont de plus en plus encombrées de tout un matériel hétéroclite, d’objets emportés à la hâte, d’animaux, de voitures, de charrettes, d’armes que les fugitifs tentent de mettre à l’abri en France pour éviter que les nationalistes ne s’en emparent. La peur d’être rejoints par l’armée nationaliste provoque de plus en plus de panique dans cette foule qui arrivée à la frontière attend d’être admise dans le pays d’accueil.
Ce long flot va se déverser jusqu’au 12 février, date à laquelle les nationalistes atteignent la frontière. Ils seront quelques 250 000 militaires, 10 000 blessés et 230 000 civils dont 60 000 hommes.
Le passage de cette frontière tant espérée, devient le signe tangible de la défaite. Car c’est un peuple vaincu qui est accueilli. Traité comme des ennemis, ils vont être désarmés, fouillés, séparés. L’attitude générale n’est pour eux que mépris et provocation. (lire l’article : Les Blocages sociaux de l’intégration)
La seule présence de la troupe coloniale chargée du maintien de l’ordre, qui leur rappelle les troupes maures de Franco, utilisées dans les actions punitives et de répression, est déjà très mal vécue. Les humiliations sont courantes. Leurs effets ou biens personnels sont inspectés parfois confisqués, vidés à même le sol. Face à cette brutalité, les scènes conflictuelles ne sont pas rares. Ceux qui résistent, sont refoulés.
Par cette attitude le gouvernement veut inciter le plus grand nombre à retourner en Espagne. D’ailleurs, la question leur est posée. Ceux qui acceptent de repartir ou de s’engager dans la légion, sont immédiatement séparés des autres et reçoivent les premiers soins.
Pour les autres commence, une nouvelle attente. Gardés par des Sénégalais en arme, ils vont rester parqués aux abords de la frontière, sans soin, sans abri, exposés aux intempéries. Pour certains d’entre eux, la première nuit en terre d’asile sera leur linceul. Pour les autres, après un séjour variable, les civils et les blessés sont évacués vers des centres d’hébergements ou des hôpitaux dispersés dans presque tous les départements sauf la Seine ; les miliciens dirigés, sous escorte et à pied vers les camps de concentration installés en toute hâte, au nord des Pyrénées et le long de la côte du Languedoc-Roussillon.

- La France divisée : ambivalence des sentiments vis-à-vis des réfugiés
Si depuis leur entrée en France, les réfugiés ne connaissent que l’humiliation d’être traités comme des criminels sous une constante surveillance militaire, il serait faux de dire qu’il n’y eu que des marques d’hostilité.
Dans toute la France, des secours s’organisent et des gestes de solidarité existent.
Par contre, depuis le début février, Raoul Didkowski, préfet des Pyrénées Orientales (P.O.), a pris des dispositions contre les Français qui pourraient aider les réfugiés : quêtes, meeting, manifestations sont interdits. Toute personne qui héberge un réfugié sans le déclarer est passible de 1 mois à 1 an de prison ferme et de 50 à 1000 F d’amende. Il devient impossible de louer une salle de réunion.