Faire connaître et cultiver la mémoire historique de la Libération de Paris en 1944, commencée le 19 juillet 1936 en Espagne, continuée sur différents fronts en Europe et en Afrique ou dans les maquis en France et qui se prolongea dans le combat contre le franquisme.


 
 
Accueil > L’exil > L’exil libertaire espagnol

Janvier 1939, novembre 1975 : Une chronologie de l’exil.

.

- Janvier-février 1939 : La chute de la Catalogne provoque l’exode de quelque 500 000 réfugiés. Ils seront, pour l’essentiel, parqués dans les « camps du mépris » du sud de la France. Le long exil des « républicains » espagnols commence. Géographiquement, il se répartira entre la France, très majoritairement, l’Afrique du Nord et l’Amérique latine – surtout le Mexique.

- 25 février 1939. : Constitution, à Paris, du Conseil général du Mouvement libertaire espagnol (MLE). Maria-no Vázquez en est le secrétaire. À son décès, en juin, il est remplacé par Germinal Esgleas.

- Automne 1939. : Constitution du premier comité national (CN) clandestin de la CNT d’Espagne (Intérieur).

- Novembre 1939. : Constitution du réseau « Pat O’Leary », filière d’évasion à travers l’Espagne, dont l’homme clé est le libertaire Francisco Ponzán. Elle permettra l’évacuation vers l’Angleterre de centaines d’aviateurs alliés, de juifs et de résistants. Ponzán sera assassiné par les nazis le 17 août 1944.

- Fin 1939. : Avec la déclaration de guerre, le Conseil général cesse toute activité. De son côté, Juan García Oliver, qui a gagné la Suède, se déclare favorable à la création d’un parti politique. Son projet – le Parti ouvrier du travail (POT) – n’aura aucun succès.

- 1940. : Pour nombre de libertaires espagnols, le déclenchement des hostilités est perçu comme une chance à saisir et le prélude à la libération de l’Espagne. Sans consigne ni mot d’ordre, ils forment, en grand nombre, des maquis autonomes ou intègrent les rares maquis alors existants. Au cours des années qui suivront, les plus connus d’entre eux seront ceux de l’Ariège, de Dordogne, de l’Aveyron, du Cantal et de la Savoie. Une tendance minoritaire du MLE faisant foi d’orthodoxie anarchiste s’abstiendra, néanmoins, de participer à la Résistance.

- Novembre 1940. : Juan Peiró est extradé vers l’Espagne, où il sera exécuté en juillet 1942.

- 1941. : La CNT se reconstitue organiquement à partir du chantier de construction du barrage hydraulique de l’Aigle (Corrèze), où presque tous les travailleurs espagnols, intégrés au Groupement de travailleurs étrangers (GTE), sont cénétistes.

- 20 février 1942. : Cipriano Mera est extradé vers l’Espagne, où un conseil de guerre le condamnera à mort. Sa peine sera finalement commuée.

- 1943. : Réunions clandestines de la CNT à Mauriac (Cantal), le 6 juin, et à Tourniac (Cantal), le 19 septembre.

- 12 mars 1944.– Réunion clandestine de Muret (Haute-Garonne). Elle élit un comité national, dont le siège est à Toulouse. Francisco Carreño en est le secrétaire.

- 24 août 1944. : Parmi les nombreux républicains espagnols de la 2e DB qui contribuent à la libération de Paris, on compte cent vingt anarchistes, tous membres de la 9e compagnie (la « Nueve »), sous les ordres de Raymond Dronne.

- Septembre 1944. : Tentative d’incursion massive de guérilleros à travers le val d’Aran, organisée par l’Union nationale espagnole (UNE), sous direction communiste. Certains libertaires y participent. L’échec est total.

- 5-13 octobre 1944. : Un plénum, représentant 25 000 affiliés, se réunit dans Toulouse libéré. Juan Manuel Molina (Juanel) est élu secrétaire de la CNT (Exil).

- Octobre 1944. : Création, sous l’impulsion de la CNT (Intérieur), de l’Alliance nationale des forces démocratiques (ANFD).

- Printemps 1945. : Les libertaires du bataillon « Libertad » se distinguent dans les combats de la Pointe de Grave (Gironde).

- 1er -12 mai 1945. : Congrès de Paris. Les congressistes sont divisés entre « collaborationnistes » – partisans de la ligne de collaboration antifasciste adoptée pendant la guerre – et « apolitiques » – partisans d’un retour aux valeurs de base de l’anarcho-syndicalisme. Un compromis est adopté entre les deux tendances.

- Juillet 1945. : La CNT (Intérieur) tient clandestinement plénum à Carabaña (environs de Madrid) et réaffirme la ligne de collaboration antifasciste.

- Août 1945. : La désignation de Horacio Prieto et de José Leiva comme représentants de la CNT au gouvernement républicain dirigé par José Giral provoque de fortes tensions entre « collaborationnistes » et « apolitiques ».

- Décembre 1945. : La scission est consommée. Deux CNT rivales e disputent, désormais, la représentativité de l’exil confédéral. Plus nombreuse dans l’exil français, la CNT « apolitique » 22 000 affiliés contre 4 000 à la CNT « collaborationniste » est largement minoritaire en Espagne.

- 1945-1947. : Malgré des conditions d’existence difficiles – huit comités nationaux désarticulés en seulement cinq ans –, la CNT de l’Intérieur se restructure. Elle publie de nombreuses feuilles clandestines, perçoit des cotisations et mène de nombreuses actions dans le cadre de l’ANFD. Celle-ci entreprend des conversations secrètes avec des monarchistes opposés à Franco. Parallèlement, des groupes armés isolés constituent des partidas (maquis) dans les sierras d’Aragon, d’Andalousie, de Galice et de Cantabrie.

- 1946. : La CNT en exil (« apolitique ») envoie des groupes de guérilleros en Espagne. Parmi ceux-ci, le plus actif est celui de Marcelino Massana, qui compte dans ses rangs José Luis Facerías, les frères Sabaté (Manuel et Francisco, dit « Quico ») et Ramón Vila Capdevila, dit « Caraquemada ».

- 17 août 1946. : Arrestation de Facerías, coordinateur des activités clandestines à Barcelone. Il est remplacé par Liberto Sarrau.

- Décembre 1946 : L’ONU condamne le régime franquiste.

- Début 1947. : Partisan d’une plus grande étanchéité entre l’organisation légale, en France, et les groupes armés de l’Intérieur, Liberto Sarrau décide d’agir sous l’appellation du Mouvement libertaire de résistance (MLR), ce qui entraîne un désaveu immédiat des instances de la CNT en exil (« apolitique »).

- Février 1947. : José Giral est remplacé par Rodolfo Llopís à la tête du gouvernement républicain en exil. La CNT (Intérieur) y est représentée par Luis Montoliú. Démissionnaire en août de la même année, le gouvernement Llopís sera le dernier à compter dans ses rangs une représentation de la CNT.

- Octobre 1947. : Congrès de Toulouse de la CNT en exil (« apolitique »). Il y est décidé la création d’une Commission de défense chargée de coordonner l’activité insurrectionnelle en Espagne.

- Février 1948 : Arrestation de Liberto Sarrau et auto-dissolution du MLR.

- Mars 1948. : Dans un document publié à Paris, Horacio Prieto propose la création d’un Parti libertaire. Ce projet n’aura pas davantage de succès que celui du POT de García Oliver.

- 12 septembre 1948. : Tentative d’attentat contre Franco menée par Antonio Ortiz, Primitivo Gómez et José Pérez Ibáñez. Un avion Norécrin, chargé de bombes, survole la baie de San Sebastián avec l’intention de les larguer sur la tribune du Club nautique, où Franco préside les régates. Repéré et poursuivi par quatre avions de chasse, le Norécrin rebrousse chemin.

- Fin 1948. : Dissolution de l’ANFD. La collaboration avec les éléments monarchistes provoque une forte tension au sein de la CNT « collaborationniste ». Devant l’échec des diverses stratégies mises en œuvre, et sur proposition des instances de la CNT en exil (« collaborationniste »), une réunion au sommet des deux CNT décide de l’organisation d’un référendum interne aux deux organisations posant la question de la ré-unification. En 1949, la consultation a lieu. La CNT « collaborationniste » approuve la réunification ; la CNT « apolitique » la refuse. Elle est donc rejetée.

- 1949-1950. : Accroissement de l’activité des groupes armés en Catalogne. Parmi ceux-ci, ceux de José Luis Facerías et de « Quico » Sabaté, qui se spécialisent dans la guérilla urbaine, deviennent mythiques. De leur côté, « Caraquemada » et Massana développent une guérilla rurale. D’autres groupes font leur apparition, comme « Los Maños ». On chiffre à environ 300 les activistes venus de France, de 1946 à 1949, pour participer à ces groupes. Mais les revers sont nombreux et les pertes très lourdes.

- Novembre 1950. : L’ONU revient sur sa condamnation du régime et envisage la normalisation de ses relations avec l’Espagne franquiste.

- 1951. : La CNT en exil (« apolitique ») renonce à la lutte armée. Dès lors, les groupes d’action qui souhaitent la poursuivre restent sans soutien logistique et financier. C’est le cas des groupes de Massana, « Quico » Sabaté, José Luis Facerías et « Caraquemada ».

- Février 1951 : A la suite de l’attaque, à Lyon, d’un fourgon postal par un groupe d’Espagnols, « Quico » Sabaté et plusieurs responsables de la CNT en exil (« apolitique ») – José Peirats, Pedro Mateu et José Pas-cual – sont arrêtés et malmenés.

- Février-mars 1951. : Une grève contre la compagnie des tramways mobilise largement la population de Barcelone. Elle s’étend à Badalona, Terrassa, Sabadell et Manresa et mobilise plus de 100 000 travailleurs qui pratiquent le boycottage des transports urbains. Des affrontements se produisent. Des feuilles ronéotées anonymes circulent de main en main. On peut y lire : « Un problème de tramways à régler ? C’est Facerías qu’il faut appeler. Contre le Requeté ? Vive Sabaté ! »

- 1952. : L’Espagne franquiste est admise à l’Unesco.

- 6 février 1952. : Un conseil de guerre se réunit à Barcelone pour juger quelques-uns des survivants des groupes d’action arrêtés en 1949. Neuf condamnations à mort sont prononcées. Appuyée par Albert Camus, André Breton et Jean-Paul Sartre, une campagne de solidarité est menée en France.

- 1953. : Le régime franquiste obtient deux victoires diplomatiques importantes : en août, la signature d’un concordat avec le Vatican ; en septembre, celle d’un pacte d’assistance mutuelle avec les Etats-Unis.

- Fin 1953. : La CNT de l’Intérieur est exsangue. De 1948 à 1953, dix comités nationaux ont été démantelés. Devant la faillite de la stratégie de rapprochement avec les monarchistes, son relais en exil – le sous-comité de la CNT « collaborationniste » prône la constitution, sur le plan syndical, d’une Alliance de la CNT, de l’UGT et de la STV basque et, sur le plan politique, la constitution d’une Union des forces démocratiques ouverte à toutes les composantes de l’anti-franquisme, à l’exception des communistes.

- 1955. : L’ONU admet l’Espagne franquiste en son sein.

- 1955-1957.– « Quico » Sabaté reprend la lutte, mais de façon autonome. Le 1er mai, il inonde Barcelone de tracts signés « Groupes anarcho-syndicalistes ». Privés de tous moyens et condamnés à l’isolement par les instances de la CNT en exil (« apolitique »), les groupes doivent s’autofinancer en procédant à des « expropriations ». Après plusieurs actions, ils se dissolvent en 1957. « Quico » Sabaté revient en France la même année. José Luis Facerías est abattu le 30 août, à Barcelone, par la Brigade politico-sociale.

- Décembre 1957. : Naissance, à Paris, d’Atalaya, « tribune confédérale de libre discussion ». Animé par Fer-nando Gómez Peláez, Mariano Aguayo, ancien du groupe d’action « Los Maños », et Antonio Tellez Solà, le journal qui éditera sept numéros critique l’immobilisme de la CNT (« apolitique ») et la bureaucratisation de ses instances. Il s’inscrit dans une perspective d’unité des deux CNT, jugée indispensable à la revitalisation de l’anarcho-syndicalisme ibérique.

- 1959-1960. : Gagnant du terrain dans chacune des deux CNT, l’aspiration à l’unité se concrétise par l’établissement de contacts de militant à militant et la constitution de « commissions pro-unité ».

- Mai 1959. : Naissance du Mouvement populaire de résistance (MPR), structure de combat se voulant, pour des raisons de sécurité, totalement séparée organiquement de la CNT.

- 5 janvier 1960. : De retour en Espagne avec un nouveau groupe d’action, « Quico » Sabaté est abattu à Sant Celoni (Catalogne). Dans CNT du 17 janvier, Federica Montseny rédige un étrange hommage du guérillero, qu’elle accuse d’être retourné en Espagne, « contre toute logique, contre tout intérêt individuel et collectif » et plus encore de « s’être insubordonné » contre la CNT, « d’être passé au-dessus de ses règles et de ses accords ».

- Mai 1960. : Réunie en congrès à Clermont-Ferrand, la CNT en exil (« collaborationniste ») se déclare favo-rable à la réunification. Des négociations officielles sont établies avec l’autre CNT.

- Août 1960. : Réunie en congrès à Limoges, la CNT en exil (« apolitique ») adopte une motion qui renvoie la réunification aux décisions des fédérations locales. Déterminés à s’engager sur la voie de l’unité, trois membres influents du Secrétariat intercontinental (SI) Roque Santamaría, José Borrás et Marcelino Boticario parviennent à vaincre les résistances et à engager le processus.

- Novembre 1960. : Un meeting en faveur de l’unité, présidé par Cipriano Mera, se tient au théâtre de l’Alhambra de Paris.

- Janvier 1961 : Dans l’euphorie de l’unité retrouvée, création, à Paris, du Centre d’études sociales et économiques (CESE), structure ouverte très proche, dans sa conception même, des anciens Athénées libertaires. Le CESE, qui dispose d’une bibliothèque, organise des conférences et dispense divers cours d’alphabétisation et de formation aux nouveaux immigrés des années 1960. L’expérience sera reprise à Bor-deaux.

- Août-septembre 1961. : Le congrès de Limoges entérine la réunification de la CNT et engage l’organisation dans une stratégie à deux volets : revitalisation de l’Alliance syndicale CNT-UGT-STV et intensification de la lutte anti-franquiste. Pour ce faire, un organisme secret de coordination est créé : Défense Intérieur (DI).

- 2 novembre 1961. : Un décret émanant du gouvernement dirigé par Michel Debré, et signé Roger Frey, interdit les principales publications de l’exil espagnol : Solidaridad Obrera, CNT, España libre et El Socialista. Pour contourner cette interdiction, Solidaridad Obrera et CNT seront « hébergées » par la CNT française et paraîtront dès lors sous les titres Le Combat syndicaliste (Paris) et Espoir (Toulouse), publications bilingues.

- 1961-1962. : Constitué de sept membres, Juan García Oliver, Cipriano Mera, Octavio Alberola, Acracio Ruiz, Juan Gimeno, Vicente Llansola et Germinal Esgleas, le DI se fixe deux objectifs : l’industrie du tourisme en Espagne et les intérêts de l’Eglise, soutien actif du franquisme. Plusieurs actions sélectives, symboliques et sans victimes, visent des banques, des édifices officiels, des sièges de journaux, des nonciatures et des succursales de la compagnie Iberia.

- 29 septembre 1962. : Afin d’attirer l’attention internationale sur le sort de Jorge Conill, étudiant libertaire condamné à mort, un groupe de jeunes anarchistes italiens organisent, à Milan, l’enlèvement du vice-consul honoraire d’Espagne, Isu Elías. Sur pression du Vatican, la condamnation à mort de Conill sera commuée.

- Octobre 1962. : A l’initiative du CN de la CNT (Intérieur), est constituée en Catalogne une Alliance syndicale ouvrière (ASO) regroupant la CNT, l’UGT et le SOCC (chrétiens) et s’inscrivant, à terme, dans une perspective de fusion de ses trois composantes dans une organisation unique. Le projet ASO sera combattu tant par la CNT que l’UGT en exil.

- 1963. : Après quelques succès initiaux, le DI – en butte à l’hostilité déclarée de deux de ses membres, Vicente Llansola et Germinal Esgleas, qui en démissionnent en mai – entre en crise. Des défauts de coordination – et l’infiltration par la police franquiste d’agents provocateurs – conduisent à l’arrestation, le 31 juillet, à Madrid, de Joaquín Delgado et de Francisco Granado.

- 7 août 1963. : « Caraquemada », le dernier guérillero des années héroïques, est tué par la Garde civile à La Creu de Perello (Catalogne).

- 17 août 1963 : Delgado et Granado sont exécutés par garrot pour des actes qu’ils n’ont pas commis.

- Septembre 1963. : A la suite d’actions de protestation contre l’exécution de Delgado et Granado organisées par la FIJL, la police française procède à de nombreuses arrestations, dont celle de Cipriano Mera.

- 19 octobre 1963. : Le congrès de Toulouse de la CNT en exil voit le retour aux affaires de Germinal Esgleas. Dès lors, les activités du DI sont paralysées et sa principale force d’appui, la FIJL, marginalisée. Ainsi s’ouvre une nouvelle période de luttes internes au sein de la CNT en exil.

- 1964. : Désormais clandestine, la FIJL – dissoute par le gouvernement français le 20 novembre 1963 – dénonce l’immobilisme qui s’est emparé de la CNT et mène bataille pour le maintien du DI. En vain. L’heure est à la normalisation et la chasse aux multiples voix dissidentes qui s’élèvent dans la CNT en exil a commencé.

- Juillet 1965. : Avec l’aval du CN de la CNT (Intérieur) et pariant sur la libéralisation du régime, une délégation de cénétistes entame des négociations avec des responsables de haut niveau de la CNS (le syndicat franquiste) et parvient à un accord sur « cinq points » (syndicat unique, indépendance syndicale, mutualisme, droit de grève, coopérativisme). L’affaire des « cinq points » n’aura pas de suites pratiques, la CNS sus-pendant les négociations, sur ordre de Franco.

- 31 juillet 1965 : Le congrès de Montpellier de la CNT en exil consacre la mainmise définitive du secteur « immobiliste » sur l’organisation et ouvre la voie à une chasse aux opposants de toutes tendances.

- Fin 1965. : Création de la revue Presencia, émanation de la FIJL.

- 30 avril 1966. : Enlèvement, à Rome, de Mgr Marcos Ussía, conseiller ecclésiastique de l’ambassade espagnole au Vatican. L’action, menée pour attirer l’attention internationale sur le sort des emprisonnés espagnols, est revendiquée par le Groupe 1er-Mai et condamnée par les instances de la CNT en exil.

- 24 octobre 1966. : Arrestation de Luis Andrés Edo, Antonio Cañete, Jesús Andrés Rodríguez, Alberto Herrera et Alicia Mur, accusés de préparer, au nom du Groupe 1er-Mai, l’enlèvement de Norman G. Gillette, commandant en chef des forces américaines en Espagne.

- 1967-1969. : En août 1967, un plénum de la CNT en exil, qui se tient à Marseille, nomme une « commission des conflits » chargée d’instruire des procédures d’expulsion contre certains opposants. Ainsi, José Borrás, Fernando Gómez Peláez, José Peirats, Marcelino Boticario, Roque Santamaría et Cipriano Mera sont sur la sellette. Les fédérations locales qui refusent d’entériner les expulsions, comme Paris et Toulouse, sont elles-mêmes mises en marge de l’organisation. En septembre, l’opposition confédérale se regroupe au sein des Groupes de présence confédérale et libertaire (GPCL) et mène la bataille interne.

- 1968. : Les événements de mai 1968, en France, mobilisent activement les libertaires exilés. A Paris, ils sont de tous les cortèges et participent à l’occupation du « Collège espagnol » de la Cité universitaire, boulevard Jourdan, décrétée « zone libérée ». Par ailleurs, cette période voit l’irruption sur la scène sociale de la seconde génération de l’exil espagnol. Pour beaucoup d’enfants de « cénétistes » nés en France, Mai-68 fera, en effet, la jonction entre l’imaginaire révolutionnaire hérité de leurs parents et l’engagement libertaire dans les luttes du présent. Produits de leur époque, ces nouveaux militants ont parfois de l’anarchisme une vision plus ludique – et moins idéologique – que l’ancienne génération, ce qui ne manquera pas de provoquer quelques conflits d’interprétation, fortement exprimés lors du congrès de l’Internationale des fédérations anarchistes (IFA) réuni à Carrare (Italie), en août-septembre de la même année.

- 1969. : Répercussion de l’ « esprit de mai », un vent de révolte libertaire lève les facultés de Madrid, début 1969. C’est au cours de ces luttes qu’apparaît le groupe dit des « Acrates », dont le professeur et philosophe Agustín García Calvo – révoqué de l’Université par les autorités franquistes, avec ses collègues Enrique Tierno Galván et José Luis Aranguren, – sera une des figures emblématiques. Assez proches des situationnistes par la thématique développée, les « Acrates » madrilènes essaimeront, à travers l’Espagne, au cours des mois et années à venir, en divers groupes autonomes.

- 1970. : Les GPCL, qui refusent d’entrer dans un nouveau processus de scission, fondent Frente libertario, journal mensuel. L’organe des opposants au secteur « immobiliste » de la CNT en exil s’intéresse plus particulièrement aux groupes libertaires de l’Intérieur et s’inscrit dans une démarche de reconstruction de la CNT en Espagne. Il cessera de paraître au printemps 1977 quand la CNT reconstruite en Espagne désignera son premier comité national.

- 1972-1973 : Premières « expropriations » à Barcelone revendiquées par le Mouvement ibérique de libération (MIL). Premières actions revendiquées par les Groupes d’action révolutionnaire internationaliste (GARI).

- Janvier 1974 : Après un meeting commun, à Paris, pour protester contre la condamnation à mort de Salva-dor Puig Antich, militant du MIL, Frente libertario et l’Alliance syndicaliste fondent le Comité Espagne libre,

- 2 mars 1974. : Exécution par garrot de Salvador Puig Antich.

- 3 mai 1974. : Enlèvement de Baltasar Suárez, directeur de la succursale parisienne du Banco de Bilbao. L’action, revendiquée par les GARI, provoquera de nombreuses arrestations dans les milieux activistes libertaires en France et en Espagne.

- 20 novembre 1975 : La mort de Franco ouvre ladite « transition démocratique » qui solde la fin de l’exil libertaire espagnol et ouvre le début d’une autre histoire.

Freddy Gomez