Faire connaître et cultiver la mémoire historique de la Libération de Paris en 1944, commencée le 19 juillet 1936 en Espagne, continuée sur différents fronts en Europe et en Afrique ou dans les maquis en France et qui se prolongea dans le combat contre le franquisme.


 
 
Accueil > Chronologie 1833-1975 > 1931 - Espagne. Les premiers balbutiements de (...)

NAISSANCE D’UNE RÉPUBLIQUE

.

1931, État des piliers de la nation :

Armée : 150 000 hommes, 17 000 officiers, 200 généraux.
Église : 1,5% de la population sont des religieux : 380 000 prêtres, moines, religieuses, 11 000 domaines dont 1 000 couvents. L’Église est un des plus importants propriétaires fonciers du pays. Elle est omniprésente dans l’enseignement dont elle a le monopole. Elle est très riche, le salaire quotidien moyen d’un archevêque est de 110 pesetas.

Les conditions de vie du peuple :

Le salaire moyen d’un journalier est de 3 pesetas/jour, 5,50 pendant les vendanges.
Un journalier ou un ouvrier au chômage ne touche aucune indemnité.
1 200 000 enfants ne sont pas scolarisés. 45% de la population est analphabète.
Sur une population de 24 millions d’habitants en 1931, le Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) compte 20 000 membres, le Parti communiste espagnol (PCE) 800 adhérents (information du 7ème congrès du Komintern). Côté syndicats, 300 000 personnes adhèrent à l’Union générale des travailleurs (UGT, socialiste) et 600 000 à la Confédération nationale du travail (CNT, anarcho-syndicaliste).

Février 1931 : Instabilité du gouvernement monarchique. Organisation d’élections municipales, le roi pense que ses institutions résisteront correctement.

12 avril 1931 : Victoire relative des républicains dans les grandes villes.

13 avril 1931 : Fin de la monarchie.

13 avril 1931 : Après avoir consulté le général Sanjurjo, commandant de la garde civile, le roi suspend ses prérogatives royales et part définitivement en exil.

14 avril 1931 : Proclamation officielle de la Seconde République ; le roi part en exil.

Premier gouvernement de la république :

Niceto Alcalà Zamora (président du conseil de la république, catholique) ; Miguel Maura (ministre de l’intérieur, catholique) ; Alejandro Lerroux (ministre des affaires étrangères, fondateur du parti radical, républicain de droite, Andalou de Barcelone, athée) ; Manuel Azaña (ministre de la guerre, fondateur du parti Action républicaine, modéré, madrilène, athée) ; Nicolas d’Olwer (ministre de l’économie ; historien catalan) ; Fernando de Los Rios (ministre de la justice, socialiste) ; Indalecio Prieto (ministre des finances, socialiste) ; Francisco Largo Cabellero (ministre du travail, et syndicaliste, socialiste) ; Santiago Casares Quiroga (ministre de la marine, Gauche républicaine).

L’ère des réformes

6 mai 1931 : Lluís Companys est nommé gouverneur civil de Barcelone. L’enseignement religieux n’est plus obligatoire dans les écoles d’état.

10 mai 1931 : Décret fixant un mode de scrutin favorisant les coalitions au détriment des partis isolés. Il restera en vigueur jusqu’en 1936.

20 mai 1931 : Lluís Companys fait détruire les fichiers de la police.

28 Juin 1931 : Elections législatives, victoire de la Gauche : 117 socialistes ; 59 radicaux-socialistes ; 27 républicains de gauche ; 33 catalanistes de gauche ; 16 nationalistes galiciens.
Contre 89 radicaux de droite, 27 républicains de droite ; 57 membres de la droite non républicaine.
Assemblée constituante : Julian Besteiro est président provisoire, il nomme Manuel Azaña premier ministre.

14 juillet 1931 : Au titre de la réforme de l’armée, prévue au programme socialiste, le président Manuel Azaña supprime par décret l’École militaire. Comme tout le corps enseignant de l’école, Franco est placé en disponibilité et surveillé. Très attaché à cette école, il le fait savoir ce jour de juillet. Il sera mis en quarantaine, affecté à la garnison de La Corogne en février 1932. Dès lors, il nourrit un ressentiment à l’égard du président Azaña.

2 août 1931 : Référendum sur le statut d’autonomie de la Catalogne : 600 000 oui ; 3 000 non. Francesc Macià fondateur de l’Esquerra republicana de Catalunya, en est le premier président.
Premier impôt sur le revenu, en Espagne et crise à cause du débat sur le statut de l’Eglise.

Octobre 1931 : Grâce à la lutte opiniâtre de Clara Campoamor (lire l’article Clara Campoamor), les femmes obtiennent le droit de vote (elles l’exerceront pour la première fois aux élections parlementaires de 1933), qui leur sera retiré par Franco en avril 1939 ; elles ne le récupéreront qu’au début de 1976. En France, elles voteront pour la première fois le 20 avril 1945.

1er décembre 1931 : Adoption de la constitution républicaine. Manuel Azaña devient premier ministre et Santiago Casares Quiroga, ministre de l’intérieur.

10 décembre 1931 : Alcalà Zamora élu à la présidence de la IIe République espagnole (362 sur 419 votants).

1932 : Avortement des réformes, luttes syndicales insurrectionnelles.

18 janvier 1932 : Insurrection des mineurs du Haut Llobregat et du Cardoner (Catalogne) à Berga, Cardona, Fijols, Sallent, Suria. Écrasement du soulèvement ouvrier par le gouvernement républicain, arrestation et déportation sans jugement des meneurs anarchistes aux Canaries, au Sahara ou dans le Golfe de Guinée.

2 février 1932 : Les déportations sans jugement des dirigeants du mouvement ouvrier et anarchiste se poursuivent ; parmi eux Buenaventura DURRUTI, dirigeant anarchiste.

9 février 1932 : Création du Corps de sécurité et d’assaut. Fermeture des imprimeries des journaux syndicaux ou de la gauche non-socialiste : Solidaridad Obrera ; Tierra y libertad ; Mundo Obrero ; Libertad....

15 février 1932 : Grève générale de 24 heures, et répression massive. Procès des leaders ouvriers.

10 Août 1932 : Le général Sanjurjo, tente un soulèvement militaire depuis Séville, échec. Il se heurte à la grève générale déclenchée par la CNT de Séville. Sanjurjo est arrêté à Madrid et condamné à mort ; sa peine sera commuée, il s’exile au Portugal. (Le général Franco ne participe pas à ce soulèvement et reproche à Sanjuro d’avoir échoué).

9 septembre 1932 : La Catalogne gagne son autonomie, approuvée par les Cortes.

15 septembre 1932  : Statut de la réforme agraire : 24 articles proclament le principe de l’expropriation des grands domaines, “ biens de juridiction seigneuriale ” des grands d’Espagne, terres des jésuites et des monarchistes en état de rébellion, terres des corporations et fondations, non indispensables à leur existence, terres incultes ou mal cultivées, mal irriguées. Un Institut de réforme agraire est créé pour exproprier et répartir les terres.
L’Église s’inquiète de la diminution de sa sphère d’influence, de la réduction de ses subventions accordées par l’État.
L’armée est sur le qui vive, et les grands propriétaires sont irrités par la loi agraire.
De l’autre côté les ouvriers et journaliers paysans rejoignent très nombreux les syndicats. (UGT et CNT).

1933 : Réformes, agitation sociale et répression

Janvier : Un décret ordonne la dissolution de l’ordre des Jésuites.

8 janvier 1933 : Soulèvement de paysans et d’ouvriers, anarchistes, en Catalogne, le Rioja, le Levant et l’Andalousie, les paysans réclament l’application de la réforme agraire.

10 au 12 janvier 1933 : Insurrection de Casas Viejas, réprimée dans un bain de sang par les autorités républicaines. La CNT publiera sous forme de brochure l’histoire de “ Seis dedos ” de Casa Vieja, militant anarchiste, assassiné par les gardes d’assaut. C’est un massacre pour lequel l’extrême gauche demandera des comptes au gouvernement mais qui sera utilisé, aussi, par la droite contre la République.

31 janvier 1933 : Hitler est nommé chancelier du Reich, par le maréchal Von Hindenburg.

Avril 1933 : Période d’instabilité gouvernementale, élections municipales partielles, démission du premier ministre Manuel Azaña, Lerroux lui succède puis Martinez Barrio (centriste).

Mai 1933 : le parlement approuve l’article 26 de la constitution : les ordres religieux sont tolérés mais ne s’occupent plus de l’enseignement, la subvention annuelle globale de l’Etat à l’Eglise (67 millions de pesetas) sera, encore, versée pendant deux ans avant d’être supprimée.

4 juin 1933  : Des femmes espagnoles participent au Congrès ouvrier européen antifasciste qui s’ouvre salle Pleyel à Paris.

29 octobre 1933 : José Antonio Primo de Rivera, fils du dictateur, fonde le parti fasciste espagnol : la Phalange (Falange española).

19 novembre 1933 : Vote des femmes.
Élections dont le découpage favorise la droite. Les anarchistes prônent l’abstention pour protester contre les répressions policières et les massacres perpétrés par la garde d’assaut, garde de la République socialiste. Résultat le grand vainqueur est la CEDA (Confédération Espagnole des Droites Autonomes), avec 117 sièges. Son Leader : José Maria Gil Robles, admirateur des méthodes du parti nazi allemand.

5 décembre 1933 : Mort de Francesc Macià Llussa. Il est remplacé par Lluís Companys.

8 décembre 1933 : Madrid, Valence, Barcelone, Grenade, Zaragoza : grève générale de plusieurs semaines pour la libération des grévistes arrêtés en 1932 et 1933. Vive répression.
Notamment à Zaragoza : Heurts entre un comité révolutionnaire et la garde civile : 87 tués et 700 arrestations dont Cipriano Mera et Buenaventura Durruti.

16 décembre 1933 : Alexandre Lerroux du Parti républicain radical (droite conservatrice), est nommé chef du gouvernement par le président Azaña, au lieu d’un représentant de la CEDA, qui a gagné les élections mais apparaît comme trop réactionnaire.