Faire connaître et cultiver la mémoire historique de la Libération de Paris en 1944, commencée le 19 juillet 1936 en Espagne, continuée sur différents fronts en Europe et en Afrique ou dans les maquis en France et qui se prolongea dans le combat contre le franquisme.


 
 
Accueil > Chronologie 1833-1975 > 1934 - Bieno negro
.

Épreuves de force entre les différentes composantes de la république

1er janvier 1934 : Gouvernement Lerroux revient sur les réformes du gouvernement précédent : enseignement religieux, loi agraire, pensions des prêtres. Il amnistie les hommes politiques de droite sanctionnés par le gouvernement Azaña dont le général Sanjurjo.

3 février 1934 : Largo Caballero ancien socialiste modéré devient leader de l’aile gauche du parti socialiste, il estime que : “ le seul espoir des travailleurs est dans la révolution sociale ! ”. Il rassemble un comité révolutionnaire. Il dit très fort que les ouvriers ne peuvent se contenter de défendre une démocratie bourgeoise et prône une révolution par la violence ; Indalecio Prieto, socialiste également, le combat avec vigueur, malgré la réserve prudente des dirigeants du PCE, tel José Diaz, secrétaire général.

28 mars 1934 : Pacte d’alliance entre l’UGT (socialiste) et la CNT (anarchiste).

31 mars 1934 : Accord secret entre Mussolini et les monarchistes espagnols.
Le Duce promet une aide de 1 500 000 pesetas, 20 000 fusils, 200 mitrailleuses,
20 000 grenades en vue du renversement de la république.

Juin 1934 : Grève générale paysanne pour le respect de la charte du travail adoptée par la République. Le nouveau ministre de l’intérieur, Salazar Alonso, envoie la garde civile ; nombreuses arrestations.

Été 1934 : agité, tensions sociales et politiques. Marche des femmes contre la faim…

4 octobre 1934 : Crise gouvernementale. Remaniement : 3 hommes de la CEDA, entrent au cabinet Lerroux.
À Madrid : grève générale de l’UGT, les dirigeants socialistes sont arrêtés.
À Barcelone : Companys proclame “ l’état catalan de la république espagnole ”. Répression de l’état central : 40 morts, arrestation du gouvernement catalan et de son président qui sera condamné à mort. Peine commuée ultérieurement en années de détention.

5 octobre 1934 : Dans les Asturies, les mineurs sont à la pointe du soulèvement, les partis et les syndicats sont unis, UGT et la CNT forment l’UHP (Unissez vous frères prolétaires !). Il s’agit d’une “ commune ” asturienne. Elle prend en main tous les aspects de la vie sociale, industrielle et politique. 50 000 mineurs assiègent les casernes et les points névralgiques de la “ nouvelle République socialiste ”.
Le gouvernement central de Lerroux envoie deux généraux mater la rébellion :
Manuel Goded et Francisco Franco.

8 octobre 1934 : Arrestations à Madrid et à Barcelone des dirigeants politiques et syndicaux de la rébellion.

10 octobre 1934 : Franco expédie la légion du colonel Yagüe et les troupes marocaines. S’ensuit une répression atroce avec des horreurs envers les populations. La police justifie la sanglante répression en prétextant un armement important des mineurs avec des chiffres qui auraient dû leur faire conquérir victorieusement le gouvernement central : 90 000 fusils, 33 000 pistolets, 330 000 cartouches, 10 000 caisses de dynamite et 30 000 grenades.

12 octobre 1934 : Le mouvement révolutionnaire est étouffé. Il se solde par plus de 2 000 tués, 3 000 blessés et 15 000 à 30 000 prisonniers ou déportés.

27 décembre 1934 : Le prolétariat espagnol est un des plus puissamment organisés d’Europe avec celui d’Allemagne. Le journal espagnol ABC publie la répartition des adhérents des organisations ouvrières espagnoles. CNT : 1 577 000 adhérents, UGT : 1 444 000 adhérents, PSOE : 200 000 adhérents, PCE : 13 000 adhérents.

Décembre 1934  : À Madrid, création du premier groupe de « Mujeres Libres », d’obédience libertaire, à l’initiative de Lucía Sánchez Saornil, Amparo Poch y Gascón, Mercedes Comaposada Guillén et Consuelo Berges. (Mujeres libres, ouvrage collectif, Los solidarios, 2000)

1935 : Les positions se radicalisent de part et d’autre.

Février 1935 : C’est une période très troublée. Le pays est sous le choc de la période de répression qui suivit les insurrections de 1934.
Vingt condamnations à mort, dont Lluis Companys, des députés socialistes et des officiers ralliés. Dix huit sont commuées en peines de prison par le président Alcalá Zamora, et deux exécutions effectives : un mineur et un sous officier. Démission des ministres de la CEDA.

Avril 1935 : Fusion des partis républicains en un Front républicain.

5 mai 1935 : Lerroux rappelle cinq ministres de la CEDA, dont Gil Robles à la Guerre. Ce dernier réhabilite Franco et le nomme chef de l’état-major central.

25 septembre 1935 : Fondation du POUM (Parti Ouvrier d’Unification Marxiste, dissidence communiste), son secrétaire est Andreu Nin.
Les paysans installés sur des terrains récupérés au titre de la réforme agraire sont au nombre de 13 471 familles (environ 50 000 personnes).

29 Octobre 1935 : Le parti centriste de Lerroux s’écroule face à un scandale financier, la droite et la gauche se retrouvent face à face, irréconciliables. Lerroux démissionne.

Décembre 1935 : Le parti socialiste s’allie au front républicain : le Frente popular est né dans une Espagne où le système électoral est favorable aux coalitions.
De leur côté, les groupes hitlériens en Espagne s’arment et reçoivent des subsides conséquent (3 millions de pesetas et des armes en grande quantité).

Début 1936 : Attentats et assassinats.

La politique générale de l’URSS par rapport aux socialistes en Europe change avec l’avènement des fronts populaires. Désormais les communistes s’allient avec eux et la bourgeoisie républicaine pour barrer la route aux fascismes, la révolution sociale exportée n’est plus au programme de Staline. Le PCE passe de 1 000 membres, à peine en 1931, à 3 000 au début de l’année 1936. Une force très relative qui doit trouver des alliances.

16 février 1936 : Elections législatives : 28% d’abstentions
La coalition du Frente popular remporte les élections.
Le système électoral, qui avantage les coalitions de partis, profite ici à la gauche unie, et la droite, qui a plus de voix qu’en 1933, perd des sièges à cause de ses divisions. Ce seront les dernières élections libres pour les quarante années qui suivent.
La phalange de Primo de Rivera et les centristes du parti radical de Lerroux ne remportent aucun siège.
Manuel Azaña premier ministre amnistie les prisonniers politiques. La Catalogne retrouve son statut et son président Luís Companys. Largo Caballero se refuse à toute collaboration avec le nouveau cabinet républicain.
Franco est muté aux Canaries et Goded aux Baléares.

20 février 1936 : 2e tour Consécration du Frente Popular, avec 277 députés sur 473 sièges. Le second tour pour les 20 sièges qui restaient à pourvoir confirme la victoire du front populaire et la débâcle de la droite.
Un climat d’une tension extrême s’installe. Entre les deux tendances. La phalange (25 000 membres) parade dans les rues en s’adonnant à des provocations. C’est le temps des attentats. Et des grands mouvements de colère des populations.

8 mars 1936 : Les généraux, Mola, Goded, Sanjurjo, Fanjul, et, plus en retrait, Franco, qui dès le lendemain des élections législatives de février 1936 qui ont vu la victoire du Frente Popular, commencent à conspirer, se réunissent à Madrid. Ils conviennent d’une insurrection pour le 19 ou le 20 avril, sous la direction de Sanjurjo, toujours en exil au Portugal depuis son coup d’État manqué de 1932.

13 mars 1936 : Arrestation de José Antonio Primo de Rivera.

7 avril 1936  : Alcalà Zamora est démis de la présidence, Manuel Azaña lui succède, provisoirement.

15 avril 1936 : José Calvo Sotelo, député monarchiste, menace de soulèvement si le gouvernement se montre faible.
Incident lors du défilé de commémoration du 5ème anniversaire de la république.

17 avril 1936  : À l’occasion des funérailles d’un officier de la garde civile abattu alors qu’il menaçait le président, les phalangistes transforment l’enterrement en une violente manifestation : 12 morts.

19 avril 1936 : Projet d’insurrection militaire, dont le chef est le général Sanjurjo.
La réaction se prépare, Mola devient le “ directeur ” du futur soulèvement tandis que Sanjurjo, toujours en exil au Portugal, est le “ chef de la rébellion ”.

26 avril 1936 : France : Elections, victoire du front populaire aux élections législatives. Léon Blum membre de la SFIO (Section Française de l’Internationale Ouvrière) dirige le gouvernement.

Avril 1936 : Fondation de la revue Mujeres Libres, à Madrid, 4 numéros paraissent avant juillet. D’avril 1936 à février 1939, 20 000 femmes (ouvrières pour la plupart) animeront Mujeres Libres.

Mai 1936 : Parution du premier numéro de la revue Mujeres libres, 13 numéros jusqu’en automne 1938, puis durant l’exil, d’abord à Londres puis à Paris, de novembre 1964 à décembre 1976, 47 numéros paraîtront sous le titre Mujeres libres de España en el exilio.

Création d’une revue internationale marxiste de femmes sous la direction de Dolores Ibarruri et Margarita Nelken, AIMA (Agencia de Información Mundial Antifascista). Treize numéros paraîtront jusqu’à l’automne 1938.

10 mai 1936 : Manuel Azaña, (gauche républicaine), élu président.

13 mai 1936 : Casares Quiroga, est nommé premier ministre et ministre de la guerre (gauche républicaine)

24 mai 1936 : Largo Caballero (parti socialiste) a la très ferme conviction que le front populaire sera rompu, il déclare à Cadix : “ Nous imposerons alors la dictature du prolétariat. ”
Discussions sécrètes entre conspirateurs militaires, monarchistes, phalangistes, catholiques conservateurs contre le front populaire.
Le gouvernement de Casares Quiroga, informé des dangers, déplace les généraux et les sépare mais pas très efficacement ; au contraire, ces déplacements facilitent souvent les plans des séditieux (Mola, à Pampelune, est en terrain conservateur, Franco, aux Canaries, se rapproche de l’armée du Maroc où il a officié et où il reste très apprécié des officiers de garnison...).

Entre février et juin 1936 : On recense 161 incendies d’églises, 213 attentats, 113 grèves partielles, etc. L’économie est paralysée, les assassinats politiques se multiplient. Les militants de droite et de gauche s’affrontent mortellement dans la rue. La bourgeoisie et ses partis cherchent à renverser ce gouvernement populaire.

11 juillet 1936 : Un avion anglais quitte Croydon (Angleterre) pour Las Palmas. Il doit transporter le général Franco au Maroc.

12 juillet 1936 : Franco, prudent, répond mollement au colonel Valentín Galarza Morante, qui assure la liaison entre les conspirateurs.
José Castillo, un lieutenant des gardes d’assaut (unité républicaine socialiste) est tué à Madrid par des phalangistes.

13 juillet 1936 : En représailles, ses compagnons arrêtent chez lui à 3 heures du matin le député monarchiste Calvo Sotelo. En le menant à la préfecture un des occupants lui tire une balle dans la tête. Dans un climat d’échauffourées et de règlements de comptes, ces deux événements mettent le feu aux poudres.

14 juillet 1936 : À Madrid, la gauche enterre le lieutenant Castillo tandis que la droite enterre Calvo Sotelo. 4 morts.

15 juillet 1936  : Au parlement, “ la commission permanente ”, composée de représentants de chaque parti se réunit pour éviter la guerre civile imminente.
Le gouvernement italien envoie des avions au Maroc espagnol.