Faire connaître et cultiver la mémoire historique de la Libération de Paris en 1944, commencée le 19 juillet 1936 en Espagne, continuée sur différents fronts en Europe et en Afrique ou dans les maquis en France et qui se prolongea dans le combat contre le franquisme.


 
 

6 articles.

Cette page en affiche 6

Première république L’Espagne est un pays aux coups d’état militaires fréquents, (pronunciamiento) ; Ainsi par saccade une première et éphémère république, (...)

 

1931, État des piliers de la nation : Armée : 150 000 hommes, 17 000 officiers, 200 généraux. Église : 1,5% de la population sont des religieux : 380 000 (...)

 

Épreuves de force entre les différentes composantes de la république 1er janvier 1934 : Gouvernement Lerroux revient sur les réformes du gouvernement (...)

 

Le pronunciamiento 17 juillet 1936 : À Melilla, [1] l’état de siège instauré par des généraux rebelles au nom de Franco [2] Premières exécutions : militants de (...)

 

3 janvier 1937 : Madrid subit la première offensive nationaliste, par l’ouest, et du sud au nord. L’offensive est contenue, grâce aux Brigades internationales (...)

 

1938, Teruel dernier grand affrontement sanglant. Georges Bernanos publie son ouvrage Les Grands Cimetières sous la lune, qui est une critique sans fard de (...)

 

    Sous-rubriques

    Avant la république

    Le contexte qui précéda la république, c’est-à-dire de la monarchie d’Alphonse XIII à la proclamation démocratique de cette république. Un régime monarchique essoufflé, appuyé par l’Église et l’armée. La pression populaire secoue le joug féodal du régime d’Alphonse XIII.

     

    Les Collectivités

    « Dans chaque entreprise, les travailleurs ont pris le contrôle de l’usine ou de l’atelier, des machines, des matières premières, et profitant de la continuation du système monétaire et des relations commerciales normales capitalistes ont organisé la production à leurs propres comptes vendant pour leur propre bénéfice le produit de leur travail ». Gaston Leval

     

    Déloger Franco

    Les exilés n’ont pas perdu espoir de déloger Franco et son régime. C’est pour cela aussi, en partie, qu’ils s’engagent contre le nazisme : ils croient à la promesse faite par les officiers des Forces française libres de les aider dans cette tâche finale.